Le géant des métiers à tisser basé à Ypres a, après avoir réalisé un chiffre d'affaires (CA) record en 2017, fait état d'un excellent exercice 2018. Pourtant, le cours de l'action a piqué du nez, pour s'établir autour de 70 euros. C'est en raison des prévisions décevantes formulées pour le premier semestre de 2019, en l'occurrence un repli des ventes de 25%. Cette déconvenue rappelle aux investisseurs que l'industrie textile est bel et bien un secteur cyclique; le dernier plancher en date avait été atteint en 2014.
...

Le géant des métiers à tisser basé à Ypres a, après avoir réalisé un chiffre d'affaires (CA) record en 2017, fait état d'un excellent exercice 2018. Pourtant, le cours de l'action a piqué du nez, pour s'établir autour de 70 euros. C'est en raison des prévisions décevantes formulées pour le premier semestre de 2019, en l'occurrence un repli des ventes de 25%. Cette déconvenue rappelle aux investisseurs que l'industrie textile est bel et bien un secteur cyclique; le dernier plancher en date avait été atteint en 2014. Heureusement, en 2018, le résultat net a été soutenu par la forte hausse du bénéfice net du groupe Tessenderlo. Picanol en est l'actionnaire majoritaire (pour l'heure près de 40% des actions - l'an dernier, il a racheté pour plus de 30 millions d'euros d'actions Tessenderlo). En 2018, Tessenderlo a contribué à son bénéfice à hauteur de 33 millions d'euros, dépassant, et de loin, le niveau de 2017 (10 millions d'euros). Le bénéfice net de Picanol s'est ainsi élevé à 110,9 millions d'euros, ou 6,27 euros par action; c'est mieux qu'en 2017 (101,7 millions d'euros), mais toujours moins qu'en 2016 (119,7 millions - un record). Par ailleurs, ses dépenses liées à la numérisation, la hausse des cours des matières premières et son recours croissant à la sous-traitance pour l'exécution de commandes ont pesé sur ses marges. En 2018, le CA a atteint 666,7 millions d'euros, 3,2% sous le record de 2017 (688,9 millions d'euros). Picanol demeure néanmoins le premier spécialiste des métiers à tisser à lances et à jet d'air du monde. Si l'an dernier les ventes de métiers à tisser ont cédé 5%, le CA de la division Industrie a pour sa part progressé de 5% grâce à la hausse des commandes pour compte de tiers - la stratégie de diversification en dehors (Industrie et Tessenderlo) du marché des métiers à tisser a porté ses fruits. Le bénéfice opérationnel (Ebit) s'est contracté de 15,5% par rapport à l'exercice 2017, passant de 120,7 à 102 millions d'euros; d'où l'effritement de la marge d'Ebit de 17,5 à 15,3%. Si l'on omet la part de Tessenderlo dans le résultat net de Picanol, ce dernier a reculé de 14,8% (de 91,6 à 78 millions d'euros). Pour sûr, on peut qualifier l'exercice d'excellent - le deuxième grand cru de l'histoire de Picanol, après celui de 2017. Pour autant, l'action a cédé un peu de terrain. Gâtés depuis plusieurs années, les actionnaires avaient porté le titre aux nues, en 2017. Depuis, son cours a cédé plus d'un tiers. C'est parce que le carnet de commandes est nettement moins bien garni, que la direction pronostique un recul du CA d'un quart au cours du premier semestre, par rapport à la même période l'an passé. Concrètement, cela suppose une contraction de 357,4 à environ 270 millions d'euros. Pour l'exercice 2018, le dividende est inchangé (0,2 euro par action). En dépit des achats d'actions Tessenderlo, la trésorerie nette s'est encore étoffée l'an dernier, à 173 millions d'euros, ou près de 10 euros par action.Les investisseurs à long terme peuvent envisager de monter dans le train, car la valorisation de l'activité Métiers à tisser a baissé considérablement. Ils disposent de temps pour se décider - le temps qui sera nécessaire au marché pour digérer l'annonce d'un recul du CA au premier semestre.Conseil: conserver/attendreRisque: moyenRating: 2BCours: 70,0 eurosTicker: PIC BBCode ISIN: BE0003807246Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 1,24 milliard EURC/B 2018: 11C/B attendu 2019: 16Perf. cours sur 12 mois: -25%Perf. cours depuis le 01/01: +2%Rendement du dividende: 0,3%