Un marché toujours difficile, caractérisé par une demande faible et donc, un taux d'occupation et des marges insuffisants, à quoi s'ajoutent des perspectives plutôt sombres dans l'immédiat, ont empêché l'action de se redresser après l'annonce des résultats annuels de 2017. Toujours en baisse, le titre accuse désormais un retard sensible par rapport au marché. Le premier groupe de dragage au monde avait pourtant connu entre 2003 et 2013 une époque dorée, pendant laquelle il fut un des grands favoris en Bourse.
...

Un marché toujours difficile, caractérisé par une demande faible et donc, un taux d'occupation et des marges insuffisants, à quoi s'ajoutent des perspectives plutôt sombres dans l'immédiat, ont empêché l'action de se redresser après l'annonce des résultats annuels de 2017. Toujours en baisse, le titre accuse désormais un retard sensible par rapport au marché. Le premier groupe de dragage au monde avait pourtant connu entre 2003 et 2013 une époque dorée, pendant laquelle il fut un des grands favoris en Bourse. Le chiffre d'affaires (CA) est passé de 1 à 3,5 milliards d'euros et le cash-flow d'exploitation (Ebitda) a été multiplié par 6, de 150 à 900 millions d'euros, entre 2004 et 2014. Le cours de Bourse est passé entre 2003 et le printemps 2015 de 5 à 50 euros. Mais la donne a changé. L'an dernier, le CA est tombé à 2,34 milliards d'euros, soit un repli de 10% par rapport à 2016 (2,6 milliards d'euros) et un résultat légèrement inférieur aux prévisions des analystes (2,36 milliards). L'Ebitda a chuté de 34% - de 660,5 à 436,6 millions d'euros, un chiffre lui aussi inférieur au consensus. Compte non tenu de la forte dépréciation opérée en 2016, le bénéfice net s'est tassé de 276,4 à 150,5 millions d'euros (du fait de la dépréciation, le groupe accusait en 2016 déjà un recul de 563,7 millions d'euros net). Le résultat net de 2017 est toutefois conforme aux prévisions de la direction (bénéfice d'environ 150 millions, ou 1,13 euro par action, pour l'ensemble de l'exercice). Malgré la baisse sensible du bénéfice, le dividende reste inchangé, à 1 euro brut. Ce qui signifie que 87% du bénéfice servent à payer le dividende, alors que l'objectif tourne autour de 40-50%. Au vu des perspectives en demi-teinte, le dividende de l'exercice 2018 et des exercices suivants pourrait être compromis.Le return (évolution de cours + dividende) de l'action est depuis cinq ans de 168% inférieur à celui du belge CFE. Les stratégies sont certes différentes: Boskalis met moins l'accent sur le dragage et davantage sur la diversification - il a, ces cinq dernières années, acquis SMIT Internationale (remorquage de navires entrants et sortants, sauvetage et renflouement d'épaves) et Dockwise (déplacement de plateformes offshore extrêmement lourdes). Or c'est dans ces activités offshore précisément que le secteur pétrolier et gazier provoque un réel ralentissement, et ce n'est sans doute pas fini. Les activités de dragage ont en revanche progressé en 2017. Les projets d'acquisition de Fugro ne se sont heureusement pas concrétisés - ce prestataire de services pétroliers néerlandais présente depuis plusieurs années des résultats et des perspectives décevants. Boskalis détenait à la fin juin 2016 une participation de 28,6% dans Fugro, qu'il a intégralement cédée six mois plus tard.Une bonne nouvelle, enfin: le carnet de commandes totalisait à la fin de l'an dernier 3,495 milliards d'euros, soit 12,7% de plus qu'à la fin du mois de septembre 2017 et 19,5% de plus qu'en décembre 2016. Nous suivons Boskalis depuis un certain temps dans l'espoir de l'intégrer dans le portefeuille. Mais les résultats de l'exercice 2017 et, surtout, les perspectives décevantes pour 2018, ne sauraient nous convaincre. L'action est retombée à son niveau le plus bas des cinq dernières années. En 2010, elle valait encore 2,3 fois la valeur comptable, contre moins d'une fois aujourd'hui; c'est pourquoi nous maintenons notre conseil d'achat, tout en demeurant attentifs. Conseil : acheterRisque : faibleRating : 1ACours : 23,80 eurosTicker : BOKA NACode ISIN : NL0000852580Marché : Euronext AmsterdamCapit. boursière : 3,17 milliards d'eurosC/B 2017 : 20,5C/B attendu 2018 : 22Perf. cours sur 12 mois : -25 %Perf. cours depuis le 01/01 : -24 %Rendement du dividende : 4,2 %