La mauvaise performance du troisième producteur d'or au monde s'explique en grande partie par la structure de coûts supérieure à la moyenne et les risques politiques et sociaux liés à la situation géographique des actifs. AngloGold a ses racines en Afrique du Sud et dans le reste du continent africain. Avec des actifs comme Vaal River, West Wits et Surface, son ancien pays d'origine s'adjuge toujours un peu plus d'un quart de la production du groupe. Ailleurs en Afrique, AngloGold exploite des mines au Ghana, au Mali, en Guinée, en Tanzanie et en République démocratique du Congo (RDC). Ensemble, elles pèsent 36% de la production totale. Les actifs situés sur le continent américain se concentrent au Brésil et en Argentine, et représe...

La mauvaise performance du troisième producteur d'or au monde s'explique en grande partie par la structure de coûts supérieure à la moyenne et les risques politiques et sociaux liés à la situation géographique des actifs. AngloGold a ses racines en Afrique du Sud et dans le reste du continent africain. Avec des actifs comme Vaal River, West Wits et Surface, son ancien pays d'origine s'adjuge toujours un peu plus d'un quart de la production du groupe. Ailleurs en Afrique, AngloGold exploite des mines au Ghana, au Mali, en Guinée, en Tanzanie et en République démocratique du Congo (RDC). Ensemble, elles pèsent 36% de la production totale. Les actifs situés sur le continent américain se concentrent au Brésil et en Argentine, et représentent 23% du chiffre d'affaires du groupe. L'Australie (Tropicana et Sunrise Dam) apporte la plus faible contribution à la production du groupe : 14%. Au cours de l'exercice écoulé, les mines du groupe ont produit un total de 3,63 millions d'onces Troy, contre encore 3,95 millions d'onces un an plus tôt. Le second semestre fut légèrement meilleur avec une production en hausse de 8% par rapport au premier. Les réserves du groupe s'élèvent à 50,1 millions d'onces Troy. Le coût total de production a augmenté avec la production, passant de 910 dollars l'once en 2015 à une moyenne de 986 dollars l'an dernier. Au deuxième semestre, c'était même 1058 dollars. Cet alourdissement de la structure des coûts n'est pas une bonne nouvelle et érode les marges déjà très maigres. Les mines sud-africaines, notamment, étaient à peine rentables au deuxième semestre, avec un coût de production de 1205 dollars l'once. Les mines australiennes affichent également une structure de coûts relativement élevée (1067 dollars en moyenne). Heureusement, ce facteur est compensé par l'augmentation du prix perçu, en l'occurrence de 14% l'an dernier. Malgré la baisse de la production et la hausse des coûts, le bénéfice opérationnel a progressé de 5%, à 1,55milliard de dollars au cours de l'exercice 2016. Les cash-flows libres ont également évolué favorablement, puisqu'ils ont atteint 287 millions de dollars sur l'exercice 2016, contre 141 millions de dollars un an plus tôt. AngloGold table pour cette année sur une production plus ou moins stable de 3,6 à 3,75 millions d'onces Troy. Le coût de production moyen va cependant encore augmenter à hauteur de 1050 à 1100 dollars. AngloGold a allégé sa dette nette de 2,19 à 1,92 milliard de dollars l'an dernier. Cela correspond à 1,2 fois l'EBITDA (1,5 fois en 2015). Avec une trésorerie et une ligne de crédit de près de 1,5 milliard de dollars répartis sur différentes devises, AngloGold n'a aucun problème de liquidités à craindre. La poursuite de la réduction de l'endettement reste l'une de ses priorités. Le groupe a cependant décidé de reprendre le versement d'un dividende après plus de trois ans d'interruption. La nouvelle politique de dividende prévoit la distribution de 10% des cash-flows opérationnels consacrés aux dépenses d'investissement. Il en coûtera environ 40 millions de dollars à AngloGold. La structure de coûts relativement élevée et le risque politique supérieur à la moyenne expliquent la prestation médiocre d'AngloGold. Le groupe minier génère pourtant des cash-flows positifs. Le dividende est symbolique. À 1,5 fois la valeur comptable, l'action AngloGold n'est pas chère, mais le profil de risque est supérieur à celui des autres grands groupes miniers.Conseil : digne d'achatRisque : élevéRating : 1CDevise : dollar (USD)Marché : NYSECapit. boursière : 4,8 milliards USDC/B 2016 : 43C/B attendu 2017 : 15Perf. cours sur 12 mois : -15 %Perf. cours depuis le 01/01 : +11 %Rendement du dividende : 0,9 %