En 2013, le cours du charbon a baissé pour la 3eannée consécutive. Ce fut le cas à la fois pour le "thermal coal" (utilisé pour la production d'électricité) et pour le "metallurgical coal" (utilisé dans la production d'acier). Le groupe américain Peabody, le plus grand producteur de charbon des Etats-Unis, produit ces deux variantes et est donc forcé d'accuser une sensible baisse de son chiffre d'affaires (CA). Après trois trimestres en 2013, le CA totalisait 5,27 milliards USD, soit 13% de moins qu'à la même période un an plus tôt. Au 3etrimestre, Peabody était cependant à nouveau légèrement rentable (hors dépenses exceptionnelles) alors q...

En 2013, le cours du charbon a baissé pour la 3eannée consécutive. Ce fut le cas à la fois pour le "thermal coal" (utilisé pour la production d'électricité) et pour le "metallurgical coal" (utilisé dans la production d'acier). Le groupe américain Peabody, le plus grand producteur de charbon des Etats-Unis, produit ces deux variantes et est donc forcé d'accuser une sensible baisse de son chiffre d'affaires (CA). Après trois trimestres en 2013, le CA totalisait 5,27 milliards USD, soit 13% de moins qu'à la même période un an plus tôt. Au 3etrimestre, Peabody était cependant à nouveau légèrement rentable (hors dépenses exceptionnelles) alors que les observateurs tablaient sur une légère perte. Le prix moyen du charbon se situe 30% sous le niveau de 2010 et même 70% sous le sommet de 2008, ce qui est le résultat d'une suroffre de charbon et de la baisse des prix du gaz naturel. Récemment, ces prix se sont cependant stabilisés. Aux Etats-Unis, les producteurs sont confrontés à des réglementations environnementales de plus en plus strictes. La production n'est plus aussi polluante qu'il y a quelques décennies car les anciennes usines sont désormais presque toutes fermées. Mais les émissions de gaz à effet de serre lors du traitement du charbon sont encore deux fois plus élevées que celles du gaz naturel. Les Etats-Unis disposent de grandes quantités de gaz naturel bon marché, ce qui rend les choses plus difficiles encore pour les producteurs de charbon, qui ont peine à être compétitifs. Peabody gère 28 centres de production opérationnels disséminés aux USA et en Australie. Depuis la reprise de Macarthur Coal, le groupe gère aussi plusieurs mines dans ce pays, où il produit essentiellement du metallurgical coal. A posteriori, le timing de cette acquisition n'était pas des plus favorables et Peabody traîne désormais une dette, même si celle-ci a entretemps été allégée à 5,5 milliards USD. Compte tenu de la proximité des marchés de débouchés asiatiques, le groupe peut également tirer profit de coûts de transport inférieurs. Aux USA, le thermal coal est surtout produit dans le Powder River Basin (Wyoming et Montana) et l'Illinois Basin. Le plus grand potentiel pour le charbon réside cependant en Asie. En Chine et en Inde particulièrement, Peabody prévoit une augmentation ultérieure de la demande. Le groupe espère encore renforcer sa présence en Asie. A la fin de l'an dernier, ses ambitions se sont concrétisées grâce à un accord de collaboration conclu avec le Shenhua Group chinois. Les deux entreprises ont fondé le Sino-Pacific Coal Trading Corp., dans le cadre duquel Peabody fournira du charbon et Shenhua assurera sa distribution dans les centrales électriques du pays. On s'attend à ce que la suroffre de charbon disparaisse progressivement courant 2014. ConclusionEn juillet, le cours de Bourse de Peabody a fléchi pour atteindre son plus faible niveau en près de 9 ans. Après un repli de cours de 25%, l'action s'annonce comme un candidat au turn-around en 2014 si le prix du charbon se redresse. A 1,1 fois la valeur comptable, 0,7 fois le CA et 5 fois le cash-flow opérationnel ajusté (EBITDA), sa valorisation est inférieure à la moyenne historique.Conseil: digne d'achatRisque: élevéRating: 1C