Bekaert n'est pas restée les bras croisés. Les premières mesures prises commencent à porter leurs fruits. Ainsi l'augmentation du bénéfice opérationnel (Ebit) sous-jacent de 14% au premier semestre de cette année est-elle presque intégralement attribuable à la réorganisation de l'entreprise et au meilleur contrôle de ses coûts. Mais la direction a encore du pain sur la planche. Le rapport semestriel publié n'est pas terrible. La conjoncture demeure difficile. Ce n'est d'ailleurs ni grâce à une hausse des volumes de vente ni grâce à une hausse des prix de vente que l'Ebit a progressé. Bekaert est toutefois parvenue à répercuter davantage la hausse des prix des matières premières sur la clientèle, malgré la surcapacité dont souffrent certains segments du marché.
...