Le groupe de fonderies X-Fab produit des semi-conducteurs pour le secteur automobile (50% de son chiffre d'affaires [CA]), l'industrie, le secteur médical et l'électronique grand public. Sa société-soeur Melexis est son principal client (33% environ). X-Fab est en outre actif dans le prototypage.
...

Le groupe de fonderies X-Fab produit des semi-conducteurs pour le secteur automobile (50% de son chiffre d'affaires [CA]), l'industrie, le secteur médical et l'électronique grand public. Sa société-soeur Melexis est son principal client (33% environ). X-Fab est en outre actif dans le prototypage. A l'issue du 3e trimestre, la direction avait placé la barre très bas, en annonçant, pour le 4e trimestre, un CA de 111-118 millions de dollars et une marge sur le bénéfice opérationnel (Ebit) de 1% à 7%. Mais à 113,4 millions de dollars, le CA consolidé est inférieur de 17% à celui de 2018 et l'Ebit achève l'exercice sur une perte de 2,6 millions de dollars, contre un gain de 15,9 millions encore l'année précédente. Ces chiffres s'expliquent par la constitution d'une provision de 3,7 millions de dollars pour des frais de garantie et par une dépréciation de 2,5 millions sur un projet d'automatisation abandonné. Sans cela, la marge d'Ebit aurait atteint non pas -2,3%, mais +3%. La combinaison baisse du CA et frais fixes élevés s'est soldée par une perte nette de 22,4 millions de dollars. Sur l'exercice, les ventes ont chuté de 14%, à 506,4 millions. La marge d'Ebit n'a pas dépassé 5,6%, contre 16,1% un an plus tôt. La perte nette ressort à 49,1 millions de dollars (38 cents par action). Les divisions automobile (-14%) et grande consommation (-22%) étant restées en retrait, ces chiffres ne surprennent guère. Le coronavirus pourrait retarder considérablement le redémarrage du secteur automobile puisqu'en Chine, plusieurs fabricants nationaux et étrangers ont interrompu leur production. L'augmentation du CA de la division médicale (+17%), d'importance mineure, et la croissance du prototypage (+14%), n'ont pas suffi à compenser le déclin des grands pôles. L'accroissement de 5% du carnet de commandes en glissement annuel au 4e trimestre (X-Fab a enregistré en novembre-décembre le plus grand nombre de nouvelles commandes depuis la mi-2018), à 128,2 millions de dollars, permet au groupe de faire preuve d'un optimisme prudent. Cet élément, combiné aux demandes de livraison rapide, trahit la faiblesse des niveaux de stock chez les clients.La direction mise pour le trimestre en cours sur un CA de 125 à 132 millions de dollars et une marge d'Ebit de 6% à 10%. Sur l'exercice, le CA devrait progresser de 10% et la marge d'Ebit, atteindre 10% à 15%. X-Fab se négocie en euro à Paris mais rapporte en dollar, devise dans laquelle il réalise l'essentiel de son CA (part de 75% en 2019, contre 82% encore en 2018); il s'efforce d'obtenir une meilleure couverture naturelle du risque de change, en augmentant encore la proportion des transactions en euro (ratio dollar/euro de 70/30 escompté pour cette année). La trésorerie s'établissait fin décembre à 173,2 millions de dollars, contre 242,8 millions un an plus tôt. Tant que les incertitudes persisteront, les investissements resteront limités. L'efficacité et la capacité de plusieurs lignes de production ont été récemment accrues, mais ces efforts ne seront visibles que lorsque le taux d'exploitation des usines remontera.L'augmentation du cours à l'approche des résultats trimestriels ne s'appuyait sur rien et a donc été réduite à néant. Malgré quelques pronostics prudemment positifs, nous ne croyons pas en une reprise rapide de l'automobile. X-Fab n'est pas sur le point de réaliser des bénéfices et ses cash-flows disponibles sont inexistants. A 0,9 fois la valeur comptable, l'action est correctement valorisée. Conseil: conserver/attendreRisque: moyenRating: 2BCours: 3,95 eurosTicker: XFAB FPMarché: Euronext ParisCode ISIN: BE0974310428Capit. boursière: 500 millions EURC/B 2019: -C/B attendu 2020: -Perf. cours sur 12 mois: -12,5%Perf. cours depuis le 01/01: -5%Rendement du dividende: -