Malgré quelques éléments encourageants, Barco a perdu tout espoir d'annoncer une reprise rapide. Le rapport intérimaire d'octobre faisait déjà état d'un 2e semestre et, par extension, d'un exercice 2020, décevants.
...

Malgré quelques éléments encourageants, Barco a perdu tout espoir d'annoncer une reprise rapide. Le rapport intérimaire d'octobre faisait déjà état d'un 2e semestre et, par extension, d'un exercice 2020, décevants. De fait, le groupe achève le semestre sur un chiffre d'affaires (CA) de 347 millions d'euros, en recul de 39% en glissement annuel. Le cash-flow opérationnel ajusté (Ebitda) stagne à 12,8 millions d'euros, soit une marge de 3,5% à peine (10% au 1er semestre). C'est le pôle Entertainment (cinémas et événements) qui, sans surprise, est le plus gravement touché (-48,1% de CA et perte opérationnelle de 4,6 millions d'euros). Avec un CA en baisse de 43,8% et une marge d'Ebitda de 4,3%, Enterprise n'a guère fait mieux. L'outil de réunion ClickShare souffre de la concurrence du télétravail et de la réduction des budgets des sociétés. ClickShare Conference, qui s'inscrit en complément de Microsoft Teams et autres Zoom, a néanmoins permis de limiter la casse; il assure désormais 25% du CA de ClickShare. La baisse du CA de l'activité Healthcare est limitée à 12%; avec une marge d'Ebitda de 10,4%, Healthcare est la division la plus rentable. Les résultats du 1er semestre ont beau avoir tempéré ceux, désastreux, du second, l'exercice a été bien plus mauvais que 2019. Le CA consolidé a chuté de 29%, à 770 millions d'euros. Le CA ayant reculé beaucoup plus rapidement que les dépenses (-17%), l'Ebitda est passé de 153 millions à 53,6 millions d'euros. La marge d'Ebitda n'a donc pas dépassé 7% (consensus: 8,2 %), contre 14% en 2019. Une telle chute du CA ne peut pas être compensée au pied levé par un allègement tout aussi important des dépenses. Barco prend néanmoins toute une série de mesures. Malgré le tassement de 36% de son CA en glissement annuel, Entertainment reste le pôle le plus important. Enterprise a fait moins bien encore (-39%), Healthcare (-3%) a mieux résisté. Toutes les divisions sont ceci dit reparties à la hausse au 4e trimestre. Entertainment a enregistré davantage de commandes depuis la Chine. Dans le pôle Enterprise, les chiffres des salles de commande sont en hausse, et Healthcare constate lui aussi un regain d'activité. Le nombre de nouvelles commandes (189,7 millions d'euros) a de surcroît bondi de 20% d'un trimestre à l'autre. A 281,5 millions d'euros, le carnet de commandes n'en cède pas moins 13% en glissement annuel. Compte tenu du contexte, Barco ne publie pas de prévisions pour l'exercice. Il vise, pour le 1er semestre, un CA stable (407 millions d'euros) et une marge d'Ebitda de 5% à 10%. La chute du cash-flow opérationnel et l'augmentation des charges exceptionnelles ont pesé à hauteur de 36 millions d'euros sur les cash-flows disponibles en 2020. Le groupe ayant payé un dividende, la trésorerie est passée de 253 millions fin 2019 à 127,7 millions fin 2020 (193,5 millions, si l'on inclut la joint-venture Cinionic - cinéma numérique en Chine). Le dividende restera au même niveau, soit, compte tenu du fractionnement d'actions opéré en 2020, un montant de 0,378 euro par action. Il peut également être payé sous la forme d'actions.Il convient de regarder au-delà de la pandémie et d'avoir à l'esprit que Barco reste très bien positionné dans ses segments d'activité. On note déjà quelques progrès, et la situation financière et les investissements dans les nouvelles technologies sont également des atouts. Une nouvelle baisse du cours n'est pas à exclure, mais mieux vaut ne pas attendre que la reprise cyclique se reflète dans les chiffres. Conseil: acheterRisque: moyenRating: 1BCours: 15,92 eurosTicker: BAR BBCode ISIN: BE0003790079Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 1,5 milliard EURC/B 2020: -C/B attendu 2021: 23Perf. cours sur 12 mois: -50%Perf. cours depuis le 01/01: -8%Rendement du dividende: 2,4%