Orange Belgium a clôturé une excellente année 2018, tant sur le plan opérationnel qu'en Bourse. 2019 devrait aussi être de bonne facture en termes d'exploitation, mais les conditions de marché détermineront l'intérêt des investisseurs. L'ouverture du câble a été une aubaine pour Orange, qui a pu ajouter à sa gamme des services large bande (télévision et Internet). Le nombre de clients de l'offre combinée LOVE (large bande et téléphonie mobile) est passé de 77.000 à 180.000 l'an dernier, puis à 200.000 au 1er trimestre. Et il reste un potentiel de croissance, car tant Proximus que Telenet comptent huit fois plus de clients télévision. C'est au niveau de la rentabilité que le bât blesse. L'indemnité que doit verser Orange à Telenet et Voo pour l'utilis...

Orange Belgium a clôturé une excellente année 2018, tant sur le plan opérationnel qu'en Bourse. 2019 devrait aussi être de bonne facture en termes d'exploitation, mais les conditions de marché détermineront l'intérêt des investisseurs. L'ouverture du câble a été une aubaine pour Orange, qui a pu ajouter à sa gamme des services large bande (télévision et Internet). Le nombre de clients de l'offre combinée LOVE (large bande et téléphonie mobile) est passé de 77.000 à 180.000 l'an dernier, puis à 200.000 au 1er trimestre. Et il reste un potentiel de croissance, car tant Proximus que Telenet comptent huit fois plus de clients télévision. C'est au niveau de la rentabilité que le bât blesse. L'indemnité que doit verser Orange à Telenet et Voo pour l'utilisation de leurs réseaux est encore trop élevée pour pouvoir réaliser un bénéfice sur l'offre câblée.Le résultat opérationnel (Ebitda) du câble s'est élevé à seulement -1,1 million d'euros entre janvier et mars, contre -5,9 millions d'euros un an plus tôt et -16,4 millions d'euros sur l'ensemble de l'exercice 2018. Cette année, LOVE doit au moins atteindre l'équilibre en termes d'Ebitda, grâce notamment à une nouvelle structure tarifaire, car l'IBPT abaissera probablement les tarifs d'accès au câble pour l'opérateur. LOVE devrait alors rapidement devenir rentable. Dès cet été, les clients pourront choisir une formule comportant uniquement l'accès Internet large bande. Le premier trimestre a été mitigé sur le plan opérationnel. Le chiffre d'affaires (CA) du groupe, à 318,2 millions d'euros, dépasse de près de 4% celui de l'an dernier, et de 1% le consensus. A 58 millions d'euros (-4%), l'Ebitda, est légèrement inférieur au consensus (59 millions), notamment en raison d'une provision fiscale plus élevée et de l'impact plus net que prévu de la perte de revenus de location de réseau par Telenet (impact sur l'Ebitda: 11 millions d'euros). Cette base de comparaison défavorable disparaîtra en 2020. En excluant ces revenus, l'Ebitda aurait progressé de 14%. 2018 fut particulièrement positive pour le segment mobile. Grâce notamment à des formules avec données illimitées, le nombre d'abonnés a augmenté à près de 2,5 millions. Au premier trimestre, Orange a pu y ajouter 21.000 clients mobiles, légèrement moins que prévu. Ce paramètre a été compensé par un CA moyen par utilisateur légèrement supérieur aux prévisions. Les projections pour l'exercice sont inchangées. Orange table sur une légère croissance du CA et un Ebitda compris entre 285 et 305 millions d'euros (2018: 286,1 millions d'euros). Par ailleurs, Orange a annoncé la reprise de l'intégrateur de systèmes BKM. Cette société basée à Hasselt, spécialisée dans les solutions informatiques pour les PME (un marché lucratif déjà exploité par Proximus), doit renforcer la division Business d'Orange. Le prix d'achat pour BKM, qui compte 16.000 clients et réalise un CA annuel de 43 millions d'euros, n'a pas été révélé. La dette nette s'est allégée à 252,1 millions d'euros, contre 264,3 millions d'euros fin 2018, soit une baisse annuelle de près de 15%, à moins de 0,9 fois l'Ebitda escompté. Le dividende de 0,5 euro par action sera versé le 16 mai.Le récent repli de l'action n'est pas inquiétant après son envol l'été dernier. On retiendra principalement que les prévisions annuelles de CA et de bénéfice ont été maintenues. Orange affiche une croissance supérieure à la moyenne dans le secteur belge des télécoms, qui stagne actuellement, un atout qu'il combine à une faible valorisation. Conseil: acheterRisque: moyenRating: 1BCours: 18,42 eurosTicker: OBEL BBCode ISIN: BE0003735496Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 1,1 milliard EURC/B 2018: 35C/B attendu 2019: 29Perf. cours sur 12 mois: +9%Perf. cours depuis le 01/01: +7%Rendement du dividende: 2,7%