Orange Belgique a beau avoir clos l'exercice sur d'excellents chiffres, la suppression du dividende a déçu bien des investisseurs. La décision est pourtant sage. La plupart des entreprises télécom versent un dividende supérieur à leur cash-flow disponible dans l'espoir de conserver leurs actionnaires quand la croissance ralentit; lorsqu'en plus, les investissements s'accélèrent, la situation devient intenable.
...

Orange Belgique a beau avoir clos l'exercice sur d'excellents chiffres, la suppression du dividende a déçu bien des investisseurs. La décision est pourtant sage. La plupart des entreprises télécom versent un dividende supérieur à leur cash-flow disponible dans l'espoir de conserver leurs actionnaires quand la croissance ralentit; lorsqu'en plus, les investissements s'accélèrent, la situation devient intenable.Orange Belgique a déboursé l'an passé 1,8 milliard d'euros pour acquérir 75% des actions moins une de Voo, l'intercommunale Nethys conservant une minorité de blocage. Ce prix correspond à 9,5 fois le bénéfice opérationnel brut (Ebitda), ce qui est élevé (elle-même avait été valorisée, en 2021 également, par sa société mère à cinq fois l'Ebitda à peine, dans le contexte d'une offre finalement restée lettre morte). Au prix d'achat de Voo s'ajoutent les dépenses d'intégration, ainsi que les indispensables investissements dans le réseau. Orange Belgique a donc choisi, pour la première fois en six ans, de ne pas verser de dividende cette année. L'entreprise, qui dispose désormais de son propre réseau câblé, n'a plus besoin de louer de capacités. La mise aux enchères du spectre 5G est le prochain gros dossier au programme. Les candidatures étaient acceptées jusqu'au 16 février. L'on devrait savoir dès mars si un quatrième opérateur fera réellement son entrée sur le marché belge, et les enchères proprement dites sont prévues pour juin; dans l'intervalle, les opérateurs utilisent une licence 5G provisoire. La vente éventuelle du parc d'antennes ne fait plus l'objet d'aucun commentaire. Orange Belgique a clos le 4e trimestre sur un chiffre d'affaires (CA) en hausse de 5,3%, à 361,4 millions d'euros, 5 millions de plus que le consensus. L'Ebitda a bondi de 10,7%, à 95,1 millions d'euros, ce qui est de 9% supérieur aux prévisions. Le CA de l'exercice a progressé de 3,7%, à 1,36 milliard d'euros (consensus: +3,1%). Le CA des forfaits a grimpé de 15% et le nombre de clients mobiles s'est accru lui aussi. L'Ebitda est passé à 353 millions d'euros (+9,1%, la croissance la plus vigoureuse en cinq ans); la direction misait sur 320-340 millions d'euros et le consensus, sur 345 millions. Vu le poids des amortissements et de la facture fiscale, le bénéfice net est tombé de 54 millions à un peu moins de 40 millions d'euros. La direction table sur une croissance de moins de 10% du CA en 2022; l'Ebitda devrait se situer entre 350 et 370 millions d'euros (consensus: 349 millions), des sommes qui n'incluent pas le coût de l'intégration de Voo. Le CA de Mobile Vikings ne sera plus comptabilisé à partir d'avril; cet opérateur virtuel, qui utilisait le réseau d'Orange, a été vendu à Proximus l'an dernier. Le rachat de Voo sera financé presque entièrement par la dette; cela ne se voit pas dans les chiffres de 2021, qui s'est achevé sur une dette nette de 69,5 millions d'euros - 52% de moins qu'en 2020 et 0,2 fois à peine l'Ebitda. L'entreprise a par ailleurs décidé de passer à un rapportage semestriel.Le rendement d'Orange Belgique, déjà inférieur à celui de ses concurrents, est (temporairement?) tombé à zéro. Rappelons toutefois que les investisseurs apprécient l'entreprise davantage pour sa croissance que pour son rendement. Cette croissance devrait provenir, entre autres, de l'acquisition de Voo, mais aussi d'investissements massifs. A 3,3 fois l'Ebitda escompté, l'action est bon marché par rapport au secteur. Nous maintenons notre recommandation d'achat. Conseil: acheterRisque: moyenRating: 1BCours: 19,14 eurosTicker: OBEL BBCode ISIN: BE0003735496Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 1,15 milliard EURC/B 2021: 29C/B attendu 2022: 27,5Perf. cours sur 12 mois: -18%Perf. cours depuis le 01/01: -4%Rendement du dividende: 2,6%