Depuis le début de l'année, le groupe technologique sous-performe l'indice Nasdaq de 20%, bien que ses résultats ne soient pas à proprement parler mauvais. Sa croissance est certes nettement inférieure à ce qu'elle était par le passé, mais la plupart des sociétés technologiques classiques (IBM, Cisco, Microsoft) souffrent du même mal. Dans le cas d'Oracle, les analystes et les investisseurs ont peine à évaluer si le nouveau modèle d'affaires est bel et bien efficace. Les revenus de la vente de logiciels de banques de données et services assimilés sont sous pression depuis un certain temps. Oracle tente de s'adapter à la nouvelle réalité économique dans le secteur des logiciels et du maté...