Les trois mois jusqu'au 31 août correspondent au premier trimestre de l'exercice fiscal 2018 d'Oracle. Le producteur américain de logiciels a affiché sur cette période un chiffre d'affaires (CA) supérieur aux prévisions, pour le 5e trimestre consécutif. Et pour la quatrième fois, le CA comme le bénéfice sont supérieurs aux prévisions. En réaction à la nouvelle, l'action s'est hissée à un nouveau niveau record. Ensuite hélas, les investisseurs ont eu le vertige, et Oracle a reperdu 6%. Les perspectives décevantes seraient la cause de cette sanction. À l'exercice annuel 2017, Oracle a vu son CA progresser de 2%. Au quatrième trimestre 2017, ce fut une hausse de 3%, bien moins qu'au cours de la période comprise...