L'action Oracle a gagné 10% après la publication des trimestriels, mais le pessimisme ambiant, l'absence de croissance organique, la concurrence féroce dans le cloud et l'état du bilan ont rapidement mis un terme à la hausse.
...

L'action Oracle a gagné 10% après la publication des trimestriels, mais le pessimisme ambiant, l'absence de croissance organique, la concurrence féroce dans le cloud et l'état du bilan ont rapidement mis un terme à la hausse.Fin 2021, Oracle a annoncé le rachat de l'éditeur américain de logiciels Cerner, spécialisé dans la gestion de dossiers médicaux (25% de part de marché et 5,8 milliards de dollars de ventes en 2021), pour 28,3 milliards de dollars; approuvée depuis par les autorités de la concurrence, la transaction contribuera aux bénéfices dès le prochain exercice. Oracle entend lier les produits de Cerner à ses propres logiciels et les transférer vers le cloud, ce qui lui permettrait d'augmenter son chiffre d'affaires (CA) de 20 à 22%. Cerner a généré un cash-flow disponible de 1,2 milliard de dollars en 2021, contre 31,3 milliards de dollars pour Oracle.La situation financière d'Oracle est toutefois loin d'être confortable. Les acquisitions menées ces dernières années et la rémunération plus importante des actionnaires (dividendes et rachats d'actions) ont creusé l'endettement, à 72,1 milliards de dollars (hors rachat de Cerner) fin mai, pour une trésorerie de 21,9 milliards de dollars. Les fonds propres étaient même négatifs (5,8 milliards de dollars), ce qui est très inhabituel, mais ne pose pas de réel problème tant que les flux de trésorerie sont suffisamment élevés pour assurer le service de la dette. Cependant, la flexibilité financière du groupe est désormais fortement limitée, ce qui exclut, pour l'instant, des acquisitions majeures ou des rachats massifs d'actions. Le dividende, à 0,32 dollar par trimestre, n'est toutefois pas compromis.Au dernier trimestre de l'exercice 2022 (1er mars - 31 mai), le CA d'Oracle a augmenté de 5%, à 11,84 milliards de dollars (consensus: 11,66 milliards). L'appréciation du dollar a bridé la croissance (10% hors effet de change). Le CA de l'exercice atteint 41,4 milliards de dollars, en hausse de 5% sur un an (+7% hors effet de change). Le bénéfice d'exploitation s'étant accru de 3% sur un an, à 5,6 milliards de dollars, la marge d'exploitation est de 47%. Les infrastructures cloud ont progressé de 39%, mais Oracle reste un acteur mineur, loin derrière Amazon (33% du marché), Microsoft (22%) et Alphabet (11%). Les revenus totaux du cloud ont augmenté de 22%, à 2,5 milliards de dollars. Malgré une baisse du bénéfice net de 3,3%, à 13,7 milliards de dollars, le bénéfice par action (4,9 dollars) s'est amélioré, car le flottant a diminué de 6,8% au cours de l'exercice récemment clos. A l'origine mal engagée, la transaction avec TikTok va finalement se concrétiser. Le chinois ByteDance, propriétaire de la plateforme populaire qui compte plus d'un milliard d'utilisateurs dans le monde, utilisera l'infrastructure cloud d'Oracle pour stocker les données des plus de 100 millions d'utilisateurs américains, qui s'inquiétaient de la confidentialité des données consultables aussi depuis la Chine. Oracle a toutefois renoncé au projet initial de prise de participation dans ByteDance. Compte tenu de ses fonds propres négatifs, Oracle va devoir réduire la rémunération des actionnaires. Or, les rachats d'actions ont été la source la plus importante de bénéfices ces dernières années. Cependant, l'acquisition de Cerner a fait émerger un nouveau pôle de croissance et l'accord avec ByteDance est positif. Selon nous, l'action Oracle affiche actuellement une valorisation correcte, à 13 fois les bénéfices attendus. Conseil: conserver/attendreRisque: moyenRating: 2BCours: 70,41 dollarsTicker: ORCL USCode ISIN: US68389X1054Marché: New York Stock ExchangeCapit. boursière: 187,6 milliards USDC/B 2022: 14C/B attendu 2023: 13Perf. cours sur 12 mois: -11%Perf. cours depuis le 01/01: -20%Rendement du dividende: 1,9%