Le groupe flamand Ontex, fondé par la famille Van Malderen, est revenu en Bourse en juin 2014. Jusqu'à récemment, son parcours avait été remarquable, avec une hausse de cours de quelque 75% (prix de l'IPO : 18EUR) en moins de 2ans, portant sa capitalisation à plus de 2milliards EUR, ce qui lui vaut une intégration à l'indice BEL20 ce mois-ci. Des résultats annuels 2015 décevants et surtout des perspectives à l'avenant pour 2016 ont pourtant sapé la hausse, pour la première fois depuis son IPO. Ontex est un grand producteur de produits d'hygiène personnelle pour les bébés (langes), les femmes (tampons) et les séniors (produits pour i...

Le groupe flamand Ontex, fondé par la famille Van Malderen, est revenu en Bourse en juin 2014. Jusqu'à récemment, son parcours avait été remarquable, avec une hausse de cours de quelque 75% (prix de l'IPO : 18EUR) en moins de 2ans, portant sa capitalisation à plus de 2milliards EUR, ce qui lui vaut une intégration à l'indice BEL20 ce mois-ci. Des résultats annuels 2015 décevants et surtout des perspectives à l'avenant pour 2016 ont pourtant sapé la hausse, pour la première fois depuis son IPO. Ontex est un grand producteur de produits d'hygiène personnelle pour les bébés (langes), les femmes (tampons) et les séniors (produits pour incontinents). Sa réintroduction en Bourse _ Ontex avait déjà été cotée entre 1998 et 2003 _ a aidé le groupe à alléger sa lourde charge de dette. Ainsi s'est-il créé la possibilité d'acquérir le groupe mexicain Grupo Mabe. Pour le numéro deux de son secteur au Mexique, Ontex a déboursé 314 millions EUR, essentiellement en espèces (187millions EUR), mais aussi en actions Ontex (76millions), et repris 52millions EUR de dettes. Jusqu'à 2017, le coût pourrait encore augmenter de 86millions EUR, mais uniquement si plusieurs objectifs en matière de cash-flow opérationnel (EBITDA) sont atteints. L'acquisition a été partiellement financée par l'émission de nouvelles actions (6,8millions de titres supplémentaires, soit près de 10% de plus). Grupo Mabe vend 60% de ses produits au Mexique, le cinquième marché des articles hygiéniques à usage unique. Le solde est réparti sur le continent américain, y compris aux États-Unis. Cette acquisition permettra au groupe de réduire son accent sur l'Europe occidentale (66% du chiffre d'affaires du groupe sur les neuf premiers mois). En Europe occidentale, Ontex a une part de marché proche des 40% sur la base des volumes vendus. Un autre pôle de croissance est l'utilisation croissante de produits hygiéniques jetables dans les pays émergents, outre le potentiel de croissance lié à l'incontinence, compte tenu du vieillissement de la population en Europe occidentale et la pénétration de ce type de produits. Les chiffres de 2015 font état d'une hausse du chiffre d'affaires (CA) de 4,5%, à 1,69milliard EUR (4,8% sur base comparable). Mais de seulement 3,2% au 4etrimestre. Le REBITDA (cash-flow opérationnel sur les activités opérationnelles ordinaires) s'est hissé de 6,6%, à 209,1millions EUR, ce qui suggère une amélioration de la rentabilité à une marge de REBITDA de 12,4% (+ 0,24%; 240points de base par rapport à 2014). À 17,5fois le bénéfice escompté pour cette année et un rapport valeur d'entreprise/EBITDA de plus de 11 pour 2016, l'action n'est évidemment pas bon marché, surtout dans la perspective d'une année 2016 moins florissante (croissance limitée du CA et pas d'amélioration de la marge). ConclusionOntex a su confirmer son statut de valeur de croissance et réaliser une acquisition stratégiquement importante dans les pays émergents. Mais les résultats 2015 et les perspectives 2016 tempèrent l'enthousiasme. À court terme cependant, l'intégration au BEL20 lui apportera un soutien. Heureusement, nous avions abaissé le conseil récemment.Conseil : conserver/attendreRisque : moyenRating : 2B