On a pu croire un instant qu'Ontex ne séjournerait que très peu de temps dans le portefeuille modèle, mais l'offre opportuniste de l'investisseur français en private equity PAI Partners (actionnaire principal d'AS Adventure et de Hunkemöller, entre autres) par le conseil d'administration a torpillé l'opération. Nous conserverons donc plus longuement le titre et il est désormais acquis que les marges escomptées ne se réaliseront pas dans l'immédiat.
...

On a pu croire un instant qu'Ontex ne séjournerait que très peu de temps dans le portefeuille modèle, mais l'offre opportuniste de l'investisseur français en private equity PAI Partners (actionnaire principal d'AS Adventure et de Hunkemöller, entre autres) par le conseil d'administration a torpillé l'opération. Nous conserverons donc plus longuement le titre et il est désormais acquis que les marges escomptées ne se réaliseront pas dans l'immédiat. Les résultats du troisième trimestre confirment que la conjoncture est difficile (évolution défavorable du cours de change du réal brésilien, notamment, et hausse des prix des matières premières, autant d'éléments qui s'ajoutent au problème des pratiques commerciales de la division Hygiène personnelle rachetée à la chaîne brésilienne Hypermarcas). Le cru 2018 sera donc tout sauf exceptionnel. Le grand producteur de solutions d'hygiène personnelle pour bébés (langes), femmes (tampons) et séniors (incontinence) a vu son chiffre d'affaires céder 3,6%, à 566,6 millions d'euros, au troisième trimestre. Ses ventes n'en ont pas moins progressé de 0,8% sur une base comparable; abstraction faite du Brésil, la croissance comparable atteint même 3%. Le point négatif reste la baisse de la marge de Rebitda (cash-flows opérationnels provenant des activités ordinaires par rapport au chiffre d'affaires), passée de 11,6% au troisième trimestre de 2017 à 10,3% un an plus tard (11% hors Brésil), ce qui est dans la lignée des trimestres précédents. Après neuf mois, la marge de Rebitda s'établit à 10,04%, contre 12,2% pour les neuf premiers mois de l'an dernier. Le CEO, Charles Bouaziz, a annoncé que le quatrième trimestre s'inscrirait dans le prolongement du précédent. Côté positif, notons qu'Ontex peut désormais satisfaire aux attentes du marché, puisqu'il contrôle de mieux en mieux la situation au Brésil, comme en témoigne la croissance, hors effets de change, de 5% d'un trimestre à l'autre. On regrettera en revanche la contraction des marges et le peu de perspectives d'amélioration à court terme. A 27,5 euros (offre initiale de PAI Partners), nous aurions pu réaliser une plus-value de plus de 20%; mais nous nous engageons donc, comme initialement prévu, pour le (plus) long terme, en espérant obtenir davantage encore. A 12,5 fois le (faible) bénéfice escompté pour 2018 et 1,2 fois la valeur comptable, la valorisation est plus qu'acceptable pour une action de croissance. Il faudra toutefois faire preuve de patience (rating 1B). Conseil : acheterRisque : moyenRating : 1BCours : 18,02 eurosTicker : ONTEX BBCode ISIN : BE0974276082Marché : Euronext BruxellesCapit. boursière : 1,44 milliard EURC/B 2017 : 12C/B attendu 2018 : 12,5PErf. cours sur 12 mois : -31%Perf. cours depuis le 01/01 : -35%Rendement du dividende : 3,3%