Jusqu'ici, l'action a surtout évolué au gré du vent de panique suscité par le virus et ne reflète pas encore cette bonne nouvelle, mais les chiffres du premier trimestre confirment le revirement favorable de la marge bénéficiaire initié au quatrième trimestre de 2019. Les actionnaires espèrent que le pire est derrière eux et que le titre, qui a longtemps fait piètre figure, pourra enfin se redresser. Mais le marché se demande si la crise actuelle ne compromettra pas ce revirement de tendance. Le plancher atteint en 2019 après l'annonce de chiffres décevants pour le premier trimestre et d'un plan Transform to Grow (T2G) jugé peu convaincant tient toujours. Le retour d'Ontex en Bourse est pour l'instant un échec - notamment en raison du rejet de la deuxième offre de PAI Partners (é...

Jusqu'ici, l'action a surtout évolué au gré du vent de panique suscité par le virus et ne reflète pas encore cette bonne nouvelle, mais les chiffres du premier trimestre confirment le revirement favorable de la marge bénéficiaire initié au quatrième trimestre de 2019. Les actionnaires espèrent que le pire est derrière eux et que le titre, qui a longtemps fait piètre figure, pourra enfin se redresser. Mais le marché se demande si la crise actuelle ne compromettra pas ce revirement de tendance. Le plancher atteint en 2019 après l'annonce de chiffres décevants pour le premier trimestre et d'un plan Transform to Grow (T2G) jugé peu convaincant tient toujours. Le retour d'Ontex en Bourse est pour l'instant un échec - notamment en raison du rejet de la deuxième offre de PAI Partners (également actionnaire principal d'AS Adventure et de Hunkemöller) par le conseil d'administration du spécialiste de l'hygiène personnelle, qui s'est offensé du fait que le spécialiste français du capital-investissement revienne sur les 27,5 euros par action proposés initialement. Cet important producteur de solutions d'hygiène personnelle pour bébés (langes), femmes (tampons) et personnes âgées (produits d'incontinence) a vu son CA comparable augmenter de 6,8% au premier trimestre, à 583,2 millions d'euros (contre un recul de 1% au 4e trimestre). Le CA rapporté progresse de 5,1%, à 574,2 millions d'euros, dépassant légèrement le consensus. Fait intéressant, les grandes disparités régionales constatées en 2019 s'étaient estompées sur les trois premiers mois de 2020: l'Europe et les marchés de croissance (Brésil, Mexique) affichent une croissance comparable du CA (7%). Mais comme au trimestre précédent, la bonne surprise a surtout été l'amélioration de la rentabilité. A cours de change constants, le cash-flow opérationnel récurrent (Rebitda) a augmenté de 48% au premier trimestre, de 53 à 78,4 millions d'euros; la marge de Rebitda est donc passée de 9,7 à 13,4%. Même en tenant compte des fluctuations de change, la hausse du bénéfice atteint toujours 24,6% (de 53 à 66 millions d'euros, là où les analystes attendaient 64,6 millions d'euros), soit une hausse de la marge de Rebitda de 9,7 à 11,5%; les analystes tablaient sur 11,3%. La direction a attribué ce redressement du Rebidta sur les trois premiers mois de l'année à l'association de trois facteurs: croissance du CA, baisse du cours des matières premières et premiers fruits du plan T2G. L'amélioration de la rentabilité a aussi permis un recul de la dette nette, de 940,1 millions d'euros fin mars 2019 à 871,3 millions d'euros fin mars 2020. Le ratio d'endettement (dette financière nette/Rebitda) recule donc de 3,74 à 3,37. La direction souligne que de nouvelles liquidités ont été dégagées et qu'aucun remboursement majeur n'est dû avant novembre 2022; la situation financière de l'entreprise est donc saine. Ontex est toutefois revenu sur ses prévisions annuelles, en raison notamment du décrochage de la demande en avril. Ontex avait annoncé en mars vouloir soutenir sa croissance aux Etats-Unis: la direction a communiqué le 27 mai que l'entreprise y acquiert des actifs de production d'hygiène personnelle et y construit une nouvelle usine.L'action Ontex n'a pas encore tiré profit des deux trimestres successifs de nette amélioration de la rentabilité et évolue toujours autour de 60% sous son sommet. Sans crise du coronavirus, l'action aurait sans doute renoué avec une tendance haussière. Nous sommes plus positifs vis-à-vis de l'action, alors que la valorisation correspond plus ou moins à la valeur comptable. Il faudra attendre les résultats semestriels pour estimer l'incidence du Covid-19.Conseil: acheterRisque: moyenRating: 1BCours: 13,71 eurosTicker: ONTEX BBCode ISIN: BE0974276082Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 1,01 milliard EURC/B 2019: 16C/B attendu 2020: 18Perf. cours sur 12 mois: -8%Perf. cours depuis le 01/01: -25%Rendement du dividende: 1%