OneSpan (nouveau nom de Vasco Data Security depuis mai 2018) a battu, grâce à un excellent 4e trimestre, les prévisions annuelles pour 2018. Le groupe a par ailleurs acquis son concurrent britannique Dealflo. La contribution des logiciels et des services au chiffre d'affaires (CA) consolidé a pour la première fois dépassé celle du hardware (principalement, des lecteurs de cartes), un jalon dans l'histoire du groupe. C'est toutefois le hardware qui a permis de battre largement le consensus au 4e trimestre.
...

OneSpan (nouveau nom de Vasco Data Security depuis mai 2018) a battu, grâce à un excellent 4e trimestre, les prévisions annuelles pour 2018. Le groupe a par ailleurs acquis son concurrent britannique Dealflo. La contribution des logiciels et des services au chiffre d'affaires (CA) consolidé a pour la première fois dépassé celle du hardware (principalement, des lecteurs de cartes), un jalon dans l'histoire du groupe. C'est toutefois le hardware qui a permis de battre largement le consensus au 4e trimestre.La date à laquelle sont actés contrats et livraisons pouvant entraîner un glissement du CA d'un trimestre vers l'autre, les ventes de matériel ont progressé de 13%, à 36,4 millions de dollars, alors que les prévisions faisaient état de 30 millions. Le CA consolidé a atteint 64,8 millions de dollars, soit près de 19% de plus qu'un an auparavant, pour des prévisions arrêtées à 59,9 millions. A 9,1 millions de dollars, le cash-flow opérationnel (Ebitda) ajusté a lui aussi largement dépassé le consensus (3,9 millions). Sur l'ensemble de l'exercice, le CA a progressé de près de 10%, à 212,3 millions de dollars, soit 6 millions de plus que prévu. L'Ebitda n'en a pas moins cédé 6%, à 21,6 millions, faisant passer de 11,8 à 10% la marge d'Ebitda. Les revenus issus des licences de logiciels, des abonnements et du support ont bondi de 22%. Malgré l'excellent 4e trimestre, les ventes de hardware ont stagné, portant à 50,3% du CA consolidé la part des revenus découlant des autres activités (contre 78% encore trois ans auparavant pour l'activité Matériel). L'érosion des marges s'explique par les investissements en R&D et en extension de la capacité de production. La Trusted Identity Platform regroupe tous les produits et services de l'entreprise: sécurisation des applications mobiles et des paiements en ligne, analyse des risques sur la base de l'intelligence artificielle, signatures numériques, vérification d'identité et authentification visuelle. La direction table pour 2019 sur un CA de 229-237 millions de dollars (+8 à 12% en glissement annuel), alors que le consensus évoquait 231,4 millions, et sur un Ebitda de 22 à 27 millions, lui aussi supérieur aux prévisions (21,2 millions). La contribution des nouveaux produits est, dans ces pronostics, limitée. Fin décembre, OneSpan avait 99,2 millions de dollars en caisse, contre 158,4 millions encore un an auparavant. Dépourvu de dettes à long terme, le groupe dispose de liquidités nettes dont le montant correspond à près de 2,5 dollars par action. Les cash-flows disponibles étaient positifs au 4e trimestre, mais légèrement négatifs sur l'ensemble de l'exercice (-4 millions). Vu la croissance escomptée du CA et de la rentabilité, ils devraient être positifs cette année. La direction a l'intention de puiser dans la trésorerie pour investir dans de nouveaux produits, voire procéder à des acquisitions ciblées. Dès lors, aucun paiement de dividende n'est à l'ordre du jour.L'extrême fragmentation du secteur est tant un inconvénient qu'un avantage: si le groupe n'a pas la taille nécessaire pour dominer réellement certaines niches, il a les moyens de se renforcer par le biais d'acquisitions; il est aussi, pour la même raison, une proie potentielle. La valorisation actuelle nous paraît correcte. Conseil: conserver/attendreRisque: moyenRating: 2BCours: 19,87 dollarsTicker: OSPN USCode ISIN: US92230Y1047Marché: NasdaqCapit. boursière: 804 millions USDC/B 2018: 55C/B attendu 2019: 41Perf. cours sur 12 mois: +46%Perf. cours depuis le 01/01: +54%Rendement du dividende: -