La société minière et multimétaux belge a présenté des résultats annuels mitigés au terme de l'exercice 2014 : son chiffre d'affaires (CA) a reculé de 0,9%, à 2,8 milliards EUR, alors que son bénéfice brut a tout de même connu une progression de 3,4%, à 1,29 milliard EUR. Cette hausse a été rendue possible par la division Traitement des métaux, dont le bénéfice brut s'est hissé de 6,8%, à 868 millions EUR. Des primes plus élevées sur le traitement du zinc (+9%) en sont essentiellement à l'origine. Une baisse de 12% des coûts opérationnels - conséquence de mesures d'économies mais également de plusieurs éléments exceptionnels - a donné lieu à un cash-flow opérationnel (EBITDA) de 239 millions EUR (+60%)....

La société minière et multimétaux belge a présenté des résultats annuels mitigés au terme de l'exercice 2014 : son chiffre d'affaires (CA) a reculé de 0,9%, à 2,8 milliards EUR, alors que son bénéfice brut a tout de même connu une progression de 3,4%, à 1,29 milliard EUR. Cette hausse a été rendue possible par la division Traitement des métaux, dont le bénéfice brut s'est hissé de 6,8%, à 868 millions EUR. Des primes plus élevées sur le traitement du zinc (+9%) en sont essentiellement à l'origine. Une baisse de 12% des coûts opérationnels - conséquence de mesures d'économies mais également de plusieurs éléments exceptionnels - a donné lieu à un cash-flow opérationnel (EBITDA) de 239 millions EUR (+60%). La production de zinc s'est inscrite en hausse de 0,8%, à 1,097 million de tonnes, soit dans le haut de la fourchette prévue de 1 à 1,1 million de tonnes. Nyrstar compte aussi, en 2015, sur une production de zinc comprise entre 1 et 1,1 million de tonnes. Le fonds de roulement augmentera cependant de 25 à 75 millions EUR compte tenu de la fermeture de la mine de zinc de Century, un important fournisseur des fonderies de Nyrstar. A nouveau, le tableau est bien plus sombre dans la division minière. Le bénéfice brut a reflué de 3,6%, à 429 millions EUR. L'EBITDA s'est inscrit en hausse de 12%, à 87 millions EUR, mais en sous-jacent, le repli ressort à 44%. Le chiffre de 2014 tient notamment compte du revenu exceptionnel de 43 millions EUR pour le rachat du contrat de streaming d'argent avec Silver Wheaton sur la mine de Campo Morado au Mexique. Le zinc dans la production de concentré a progressé de 2,6% à 278.000 tonnes, mais est demeuré inférieur à la fourchette prévue de 280.000 à 310.000 tonnes (également l'objectif pour 2015). Entre-temps, le nouveau directeur de la division minière devra relever un défi : améliorer enfin les résultats opérationnels. Au niveau du groupe, l'EBITDA s'est hissé de 185 millions EUR à 280 millions EUR (+51%). La perte nette s'est allégée de 54%, à 90 millions EUR, ou 0,38 EUR par action. Grâce à l'importante opération de financement de 600 millions EUR à l'automne dernier, la position d'endettement nette a diminué de manière considérable : de 670 millions EUR fin 2013 à 438 millions EUR (1,6 fois l'EBITDA). Le prix moyen du zinc a progressé en 2014 de 13%, à 2164 USD la tonne. Le directeur intérimaire Heinz Eigner a confirmé qu'il était confiant par rapport à l'évolution ultérieure du prix du zinc. En 2016 et 2017, le marché du zinc devrait afficher un déficit et Nyrstar est déjà plus couvert contre une éventuelle baisse du cours du zinc. La quête d'un nouveau directeur (Eigner lui-même ?) devrait être finalisée d'ici à l'assemblée générale de fin avril. En 2015, la priorité, outre l'amélioration opérationnelle mentionnée de la division minière, est placée sur la mise en oeuvre des projets d'amélioration du traitement du métal et la poursuite de la transformation de l'usine de traitement du zinc à Port Pirie, en Australie, une usine de transformation multimétaux hautement technologique. Les travaux devraient comme prévu être terminés en 2016 - et ne pas excéder le budget prévu de 338 millions EUR. ConclusionEn définitive, l'action Nyrstar a réagi de manière légèrement positive aux résultats annuels. La société a clairement regagné la confiance du marché, ce qui a soutenu son titre ces derniers mois. L'action a dès lors pris un peu d'avance sur l'amélioration significative prévue des résultats au cours des deux années à venir.Conseil: conserverRisque: élevéRating: 2C