2,15 EUR - 3C ↓ A conserver / Attendre
...

2,15 EUR - 3C ↓ A conserver / AttendreLa situation de la mine finlandaise de Talvivaara se dégrade rapidement, ce qui n'est pas sans effets sur Nyrstar. Talvivaara a introduit une demande de "procédure de restructuration selon le droit des sociétés", une protection contre les créanciers autrement dit. Les Finlandais ont encore des liquidités pour quelques mois et recherchent donc encore désespérément un financement d'urgence à hauteur de 40 millions EUR. En 2010, Nyrstar a payé 335 millions USD à Talvivaara, en échange de la livraison de 1,25 million de tonnes de concentré de zinc. En cas de faillite, Nyrstar devra encore comptabiliser 235 millions EUR de droits d'achat de zinc. Sur la base des données au bilan du 30 juin, les fonds propres baisseraient en conséquence de 1,03 milliard EUR à 792 millions EUR (4,66 EUR par action). En outre, 10 à 15% du cash-flow opérationnel (EBITDA) futur disparaîtrait. L'actionnaire principal de Talvivaara est le fonds d'investissement d'Etat finlandais Solidium. Compte tenu de l'importance de Talvivaara pour l'emploi et les dommages potentiels pour l'environnement en cas d'arrêt des activités, la faillite n'est certainement pas encore assurée. Nyrstar a reconfirmé son intention de lui prêter secours moyennant le respect de conditions strictes et en collaboration avec d'autres parties. Pour couronner le tout, un rapport de Goldman Sachs a été publié, qui prévoit que d'ici à la fin janvier 2014, Nyrstar devra procéder à une opération de capital pour un montant compris entre 250 et 450 millions EUR. Compte tenu de sa capitalisation boursière de 365 millions EUR, cette augmentation de capital entraînera une forte dilution. La direction a déclaré n'avoir pas de projet précis en ce sens et a indiqué disposer de plus de 500 millions EUR de liquidités et de crédits de caisse. Pour la partie des crédits de caisse (400 millions EUR), les accords pris avec les banques ne seraient pas menacés en cas de dépréciation sur le contrat Talvivaara. L'évaluation stratégique de la division Traitement des métaux a identifié 25 projets (coût : 280 millions EUR) qui devraient assurer, début 2017, une transformation approfondie. L'objectif final est de tirer bien plus de valeur du matériel d'arrivage des mines de zinc et du résidu des fonderies de zinc. Un mode alternatif de financement - par des partenariats industriels, le prépaiement des métaux, des obligations hybrides ou d'autres formes de participation par les actionnaires - est envisagé. Au 1er trimestre 2014, un plan d'investissement final sera prêt pour la transformation - d'ici à 2016 - du site australien Port Pirie en unité de traitement de multimétaux de haute technologie. L'ensemble du projet coûte 270 millions EUR ; Nyrstar financera 80 millions EUR. D'ici au 2e trimestre 2014, la société entend finaliser une évaluation stratégique de la division Mines. Compte tenu de la faiblesse des prix des matières premières, une réduction de valeur des actifs miniers n'est pas à exclure. La valeur des actifs miniers au bilan totalise environ 720 millions EUR et l'on trouve également 130 millions EUR de goodwill associé à la division. Coricancha, une mine sud-américaine qui est actuellement à l'arrêt par souci d'économie, représente selon les estimations 30 à 35 millions EUR.Les récents développements ont donné lieu à une vive réaction de marché. Depuis début novembre, l'action a corrigé de 35% et 150 millions EUR de capitalisation boursière ont été perdus. Les obligations émises par Nyrstar sont sous pression également. La combinaison de faibles prix des matières premières, de faibles cours de Bourse, d'un endettement élevé et de besoins de financement pour les projets de rénovation accroit la probabilité d'une augmentation de capital. Une faillite de Nyrstar est cependant à exclure et nous ne vendrions pas davantage les obligations. En cas d'augmentation de capital, vous aurez probablement, en tant qu'actionnaire, un droit préférentiel et vous pourrez éviter la dilution. Compte tenu de l'augmentation de capital probable et de l'incertitude qui l'entoure, nous abaissons le rating à "à conserver/attendre" (rating 3C).