Les résultats trimestriels n'ont pas su rassurer. Dans la division minière, la production de concentré de zinc a atteint 33.000 tonnes (+42% en glissement annuel), alors que 38.000 tonnes étaient attendues. Le site de Middle Tennessee, remis en service l'été dernier, a produit 11.000 tonnes. Myra Falls, la dernière mine inactive, redémarrera au début du deuxième semestre. Les cash-flows opérationnels récurrents (Rebitda; hors éléments exceptionnels) sont passés de 5 à 16 millions d'euros (26 millions escomptés). La remise en service de Myra Falls pèse à concurrence de 8 millions d'euros sur le résultat. La production avait progressé de 28%, à 123.000 tonnes, en 2017, et l'objectif pour 2018 reste fixé à 160.000-180.000 tonnes. La production annuelle de conc...

Les résultats trimestriels n'ont pas su rassurer. Dans la division minière, la production de concentré de zinc a atteint 33.000 tonnes (+42% en glissement annuel), alors que 38.000 tonnes étaient attendues. Le site de Middle Tennessee, remis en service l'été dernier, a produit 11.000 tonnes. Myra Falls, la dernière mine inactive, redémarrera au début du deuxième semestre. Les cash-flows opérationnels récurrents (Rebitda; hors éléments exceptionnels) sont passés de 5 à 16 millions d'euros (26 millions escomptés). La remise en service de Myra Falls pèse à concurrence de 8 millions d'euros sur le résultat. La production avait progressé de 28%, à 123.000 tonnes, en 2017, et l'objectif pour 2018 reste fixé à 160.000-180.000 tonnes. La production annuelle de concentré de zinc doit atteindre 200.000 tonnes au moins d'ici 2020, les coûts de production étant pour leur part censés reculer de 25%.La division Fonderie a elle aussi déçu. De 261.000 tonnes de zinc métal au premier trimestre de 2017, la production est tombée à 252.000 tonnes (-3%). Le marché tablait sur 260.000 à 272.000 tonnes. Le Rebitda a chuté de 22%, de 63 à 49 millions d'euros. La production prévisionnelle pour 2018 reste en revanche inchangée (1,05-1,1 million de tonnes). Nyrstar compte atteindre 1,2 million de tonnes en 2020, et diminuer structurellement de 20% ses coûts de production. Le Rebitda du groupe s'est contracté de 5%, à 54 millions d'euros, alors que les prévisions allaient de 53 à 65 millions d'euros. L'envolée du cours du zinc (de 2.780 à 3.421 dollars la tonne) a permis au Rebitda d'augmenter de 23 millions d'euros, mais l'accélération a été entièrement neutralisée par la dépréciation du dollar (-14% en moyenne, à 1,23 dollar pour 1 euro). Le prix du traitement du zinc pour 2018 vient d'être fixé à 147 dollars la tonne, soit -15% par rapport aux 172 dollars de l'an dernier, alors qu'il avait déjà cédé 11% entre 2016 et 2017. Compte tenu de l'offre relativement limitée, les fondeurs ont peu de pouvoir de négociation. La hausse sensible du cours du zinc engendre toutefois une augmentation de la production et laisse espérer un redressement du prix du traitement, dont la baisse avait pesé à concurrence de 23 millions d'euros sur le Rebitda au premier trimestre.En Australie, la mise en service de Port Pirie, unité de transformation multimétaux de pointe, se déroule un peu mieux que prévu. Nyrstar compte toujours sur ce site pour accroître son Ebitda de 40 millions d'euros cette année, à 100 millions d'euros en 2019 et jusqu'à 130 millions à partir de 2020. Avec le redémarrage de Myra Falls cet été et l'amélioration des performances opérationnelles, ces chiffres permettent d'espérer que les cash-flows disponibles repassent dans le vert au second semestre. C'est du reste indispensable au vu du nouvel alourdissement de l'endettement net au premier trimestre (+249 millions, à 1,35 milliard d'euros). Compte tenu des avances sur les livraisons de zinc et des obligations perpétuelles émises pour la transformation de Port Pirie, la hausse est de 229 millions, à 1,59 milliard d'euros.Les chiffres trimestriels ont coûté 10% au titre. Les gains accumulés depuis l'été dernier sont partis en fumée. Nous tablons sur un deuxième semestre nettement meilleur. Nous n'aurons naturellement pas envers ce groupe surendetté une patience infinie, mais nous laissons à la nouvelle direction la possibilité d'oeuvrer, d'ici 2019, à l'indispensable allègement de l'endettement grâce au redémarrage des mines et à la transformation de Port Pirie. Conseil : acheterRisque : élevéRating : 1CCours : 5,28 eurosTicker : NYR BBCode ISIN : BE0974294267Marché : Euronext BruxellesCapit. boursière : 580 millions EURC/B 2017 : -C/B attendu 2018 : 48Perf. cours sur 12 mois : +4 %Perf. cours depuis le 01/01 : -23 %Rendement du dividende : -