Avouons-le : pour nous aussi, l'offre amicale du holding néerlandais non coté SHV sur Nutreco fut une surprise complète mais agréable, particulièrement en cette période difficile. Plus surprenant encore, le prix proposé, de 2,7 milliards EUR en liquide ou 40 EUR par action, qui représente une prime de 42% par rapport au cours de clôture du vendredi 17 octobre. C'est aussi à peine plus que le sommet historique à 39,2 EUR. Cette valeur de notre portefeuille ne semblait pas vouloir nous procurer moult satisfaction. Les pertes de cours avaient dépassé les 20%. Et pourtant, nous n'avons cessé de croire au potentiel de l'entreprise à plus long terme. Dans la mesure où SHV parta...

Avouons-le : pour nous aussi, l'offre amicale du holding néerlandais non coté SHV sur Nutreco fut une surprise complète mais agréable, particulièrement en cette période difficile. Plus surprenant encore, le prix proposé, de 2,7 milliards EUR en liquide ou 40 EUR par action, qui représente une prime de 42% par rapport au cours de clôture du vendredi 17 octobre. C'est aussi à peine plus que le sommet historique à 39,2 EUR. Cette valeur de notre portefeuille ne semblait pas vouloir nous procurer moult satisfaction. Les pertes de cours avaient dépassé les 20%. Et pourtant, nous n'avons cessé de croire au potentiel de l'entreprise à plus long terme. Dans la mesure où SHV partage notre avis et ne s'embarrasse pas ou peu des difficultés rencontrées sur le court terme, nous sommes finalement récompensés plus vite que prévu pour notre ténacité. SHV a l'intention de sortir de Bourse l'action et il espère en obtenir 95% des titres. C'est l'une des conditions de l'offre. Que la direction soutienne l'offre est probablement aussi lié à l'élément qui a mis le cours sous pression : l'échec de la vente prévue des activités d'aliments composés et de viande en péninsule ibérique (Espagne et Portugal, surtout avec le groupe espagnol Grupo Sada). Aucun candidat-acheteur disposé à mettre le prix espéré sur la table n'a en effet pu être trouvé. Ce qui ne nous a pas empêchés de nous concentrer sur l'avenir du groupe, qui demeure l'alimentation pour poissons (44,5% du chiffre d'affaires - CA - du groupe au 3etrimestre). En même temps que l'annonce de l'offre, le groupe a publié anticipativement son trading update pour le 3etrimestre. Ces chiffres, de moindre importance, n'étaient pas exceptionnels. Le CA du groupe s'est replié sur base annuelle de 4,1%, à 1,43 milliard EUR. De plus, toutes les divisions ont enregistré un recul. L'activité Nutrition animale se décline en Prémixes et aliments spéciaux (avec des marques comme Selko et Trouw Nutrition), et Animal Nutrition Canada (avec les marques Shur-Gain et Landmark Feeds). Là, on note un repli du CA de 2,3%, à 454,9 millions EUR. En cause : les seuls taux de change, car en réalité, la croissance des volumes ressort à 3,2%. La division Alimentation pour poissons ou aquaculture est exclusivement constituée de l'entreprise norvégienne Skretting, qui est notamment le premier producteur d'aliments pour saumons au monde. Les aliments sont produits pour environ 50 variétés de poissons d'élevage. Cette division a vu son CA reculer de 8,2%, à 639,4 millions EUR, en raison principalement des moins bonnes ventes au groupe norvégien Marine Harvest, qui investit lui-même dans l'alimentation pour saumons. Pour les autres types de poissons cependant, on note une croissance de 5,4%. Le CA des Aliments mixtes (sous la marque Nanta) & viande en Ibérie (lire supra) a accusé un repli de 4,4%. La direction du groupe a cependant réitéré son ambition de réaliser cette année un EBITDA au moins égal à celui de l'an dernier. Pour mémoire, Nutreco est née il y a vingt ans d'un management buy-out de l'ancienne BP Nutrition, une division du géant de l'énergie BP. ConclusionCompte tenu de la forte hausse liée à l'offre, nous abaissons notre conseil. Le marché ne valide pas le scénario d'une contre-offre, mais tant que nous n'avons pas besoin de liquidités, nous conservons la position pour l'instant.Conseil: conserverRisque: faibleRating: 2A