L'entreprise biopharmaceutique danoise est le leader mondial dans les syndromes importants que sont le diabète et l'obésité (surpoids). Les Danois sont également spécialisés dans le traitement de l'hémophilie (maladie sanguine caractérisée par une mauvaise coagulation). Mais quatre cinquièmes du chiffre d'affaires (CA) proviennent du diabète. Les autres acteurs importants de ce marché sont des géants du secteur pharmaceutique comme Sanofi et Eli Lilly.
...

L'entreprise biopharmaceutique danoise est le leader mondial dans les syndromes importants que sont le diabète et l'obésité (surpoids). Les Danois sont également spécialisés dans le traitement de l'hémophilie (maladie sanguine caractérisée par une mauvaise coagulation). Mais quatre cinquièmes du chiffre d'affaires (CA) proviennent du diabète. Les autres acteurs importants de ce marché sont des géants du secteur pharmaceutique comme Sanofi et Eli Lilly. 1. Qu'a apporté 2016?Pour les actionnaires, 2016 fut une "annus horribilis", l'action ayant perdu plus d'un tiers de sa valeur. Au cours de la décennie précédente, il s'agissait pourtant d'une authentique action vedette dont la valeur a décuplé entre 2006 et 2015 (le cours de l'ADR coté à New York passant de 6 à 60USD). Entre 2008 et 2015, Novo a enregistré une croissance annuelle moyenne du CA de 13% à la suite d'une véritable "épidémie de diabète" dans le monde occidental, où l'on estime que cette maladie touche aujourd'hui 415millions de personnes - alors que 600millions de personnes souffrent aujourd'hui d'obésité. Pour 2016, la fourchette de prévisions pour le CA avait été ramenée à 5 à 6% fin octobre. Plus grave: l'objectif à long terme en matière de croissance du bénéfice, qui avait déjà été réduit à 10% fin octobre, a encore été abaissé à 5% en raison d'une pression croissante sur les tarifs, surtout sur un marché américain déterminant (plus de 50% du CA du groupe) pour les insulines classiques (humaines). 2. Qu'apportera 2017?Avant tout un changement à la tête de l'entreprise. Le directeur (CEO) Lars Rebien Sorensen sera en effet remplacé par Lars Fruergaard Jorgensen. Les prévisions des analystes font désormais état d'une croissance moyenne du CA de 7% pour la période de 2016 à 2020. Seules des innovations pourraient l'accélérer. Une première introduction importante de ces dernières années concerne les médicaments qui accroissent l'effet du GLP-1, une hormone produite dans l'intestin qui se libère lorsque nous mangeons. Chez les personnes souffrant de diabète de type2, le niveau de GLP-1 n'est plus suffisant. Novo Nordisk domine déjà ce segment avec le Victoza, qui affiche une part de marché de 62% (en mai 2016). Les produits liés au GLP-1 représentent 8% du CA total des médicaments liés au diabète. À noter que depuis un certain temps les insulines modernes, versions améliorées des insulines humaines, sont de plus en plus utilisées (plus performantes; meilleur contrôle de la glycémie, risque réduit d'hyperglycémie). Et Novo Nordisk revendiquait, avec son médicament vedette Tresiba et avec le Xultophy (solution injectable quotidienne unique combinant Tresiba et Victoza), une part de marché de 45% (en mai 2016) dans les insulines modernes à action prolongée. 3. Pourquoi l'action figure-t-elle parmi nos favorites pour 2017?Nous reprenons le suivi du leader dans le traitement du diabète, une pathologie en expansion. À 16fois le bénéfice attendu en 2017 et un rapport valeur d'entreprise (EV)/cash-flows opérationnels (EBITDA) attendus de 12 pour 2017, la valorisation de Novo Nordisk est à nouveau attrayante. Nous trouvons la correction excessive, et une telle valorisation fait de Novo Nordisk une proie potentielle pour des géants du secteur comme Pfizer, Novartis, etc. Nous préférons l'ADR coté à New York à la cotation sur la petite Bourse de Copenhague. Conseil : digne d'achatRisque : moyenRating : 1B