Cela fait quelques années déjà qu'Agfa lutte contre les démons de son passé. Le groupe de traitement d'images est confronté à une baisse structurelle de la demande de plusieurs produits "traditionnels" et accablé par une dette de pension historique de 1,2 milliard d'euros. Pour réduire les coûts, il restructure notamment, ce qui entraîne cependant des frais de manière régulière. En définitive, la direction maîtrise la situation, en témoigne la production de cash-flow disponible à hauteur de 112 millions d'euros en 2016. Malheureusement, les investisseurs ont peine à se représenter le groupe, tant sa structure est complexe. L'année 2018 pourrait apporter un peu de clarté à cet égard, et le marché pourrait revaloriser l'action.
...