Sur les trois premiers trimestres de 2020, la production cumulée de First Majestic s'établit à 14,9 millions d'onces d'équivalent argent. La direction a maintenu ses prévisions pour l'ensemble de l'exercice (21,4-22,9 millions d'onces). La part de l'argent dans le chiffre d'affaires (CA) total est estimée à 67%.
...

Sur les trois premiers trimestres de 2020, la production cumulée de First Majestic s'établit à 14,9 millions d'onces d'équivalent argent. La direction a maintenu ses prévisions pour l'ensemble de l'exercice (21,4-22,9 millions d'onces). La part de l'argent dans le chiffre d'affaires (CA) total est estimée à 67%. Dans la mesure où les coûts fixes sont répartis sur une production plus importante, le coût de production moyen d'une once a plongé à 9,94 dollars, 46% de moins qu'au trimestre précédent (et 8% de moins qu'au 3e trimestre de 2019). First Majestic a pourtant vu ses coûts augmenter. La loi mexicaine l'oblige à continuer à rémunérer les travailleurs vulnérables (âgés de plus 60 ans ou malades), qui représentent 11% du personnel. Le groupe doit en outre supporter les coûts liés aux tests de dépistage. Si La Encantada, la plus petite mine du groupe, a vu sa production doubler en un an, à près d'un million d'onces d'argent, elle reste cependant la mine la plus chère du groupe : la production d'une once y coûte 12,11 dollars. Santa Elena a pour sa part produit 1,1 million d'onces à 6,37 dollars l'unité en moyenne et verra bientôt ses coûts baisser encore, notamment ceux des combustibles, dès que la nouvelle plateforme de liquéfaction de gaz naturel y aura été mise en service (au 1er trimestre de 2021, en principe). Par ailleurs, la production devrait s'y accroître, du personnel supplémentaire y ayant été embauché et des couches plus riches en métaux devant y être exploitées. Le projet d'extension Ermitaño avance conformément au calendrier établi. Il absorbe près de la moitié des dépenses d'investissement prévues pour Santa Elena (4,1 millions de dollars). San Dimas demeure la première mine du groupe s'agissant de la production, avec 3,13 millions d'onces - un record, depuis que le groupe a acheté la mine, en mai 2018 -, ou 60% environ de la production du groupe. Elle est aussi la plus rentable, le coût de production d'une once n'y dépassant pas 4,09 dollars. Au 3e trimestre, le groupe a vendu l'once d'argent à 22,58 dollars en moyenne, 30% plus cher qu'au trimestre précédent. Son CA a ainsi bondi de 34,9 millions à 125,9 millions de dollars. Le bénéfice opérationnel des activités minières s'est établi à 47 millions de dollars, à comparer à la perte de 7,8 millions accusée au 2e trimestre. Mais, à 30,9 millions de dollars, le bénéfice net n'a pas compensé les pertes du 1er semestre (-42,4 millions). Le litige entre First Majestic et l'administration fiscale mexicaine est loin d'être résolu. Elle exige 209,2 millions de dollars d'arriérés d'impôts pour la période de 2010 à 2014. Le groupe minier interjette appel. Après l'augmentation de capital (à laquelle a participé Eric Sprott), la position de trésorerie atteint 232,4 millions de dollars. La dette comprend une obligation convertible de près de 140 millions de dollars. First Majestic dispose aussi d'une ligne de crédit non utilisée de 75 millions de dollars. Dans l'optique d'une poursuite de la hausse du cours de l'argent, nous maintenons notre conseil. Conseil: acheterRisque: moyenRating: 1BCours: 10,88 dollarsTicker: AG USCode ISIN: CA32076V1031Marché: New York Stock ExchangeCapit. boursière: 2,2 milliards USDC/B 2019: -C/B attendu 2020: 113Perf. cours sur 12 mois: +6%Perf. cours depuis le 01/01: -12%Rendement du dividende: -