La petite société d'huile de palme britannique est la seule du secteur à avoir pu présenter un résultat net comparable au 1er semestre 2015 à celui de la même période en 2014. Juste au moment où le secteur est confronté à la forte baisse du prix de l'huile de palme (-35% en 1 an), les activités de viande en Australie - la 2eactivité de MP Evans- ont finalement contribué au bénéfice. Les prix les plus élevés de la viande depuis plus de 20 ans ont permis au groupe d'afficher au 1er semestre un bénéfice brut de 1,6 million USD sur les Woodlands (31.000 ha dans le Queensland, 7700 têtes), contre 0,9 million USD de perte nette au 1ersemestre 2014, et même 7,6 millions USD de bénéfice net sur...

La petite société d'huile de palme britannique est la seule du secteur à avoir pu présenter un résultat net comparable au 1er semestre 2015 à celui de la même période en 2014. Juste au moment où le secteur est confronté à la forte baisse du prix de l'huile de palme (-35% en 1 an), les activités de viande en Australie - la 2eactivité de MP Evans- ont finalement contribué au bénéfice. Les prix les plus élevés de la viande depuis plus de 20 ans ont permis au groupe d'afficher au 1er semestre un bénéfice brut de 1,6 million USD sur les Woodlands (31.000 ha dans le Queensland, 7700 têtes), contre 0,9 million USD de perte nette au 1ersemestre 2014, et même 7,6 millions USD de bénéfice net sur la participation de 34,4% dans la North Australian Pastoral Company (NAPCo; 5,8 millions ha et 200.000 têtes de bétail), contre une perte nette de 0,4 million USD l'an dernier. La forte hausse des prix de la viande - de 3,5 dollars australiens (AUD) à 5 AUD par kilo - est le résultat de la baisse du dollar australien (AUD), qui a soutenu les exportations vers les marchés asiatiques proches, et de la réduction des troupeaux. Les Woodlands étaient en vente depuis un certain temps et compte tenu de la hausse des prix de la viande, un accord de vente a été conclu en septembre. Les 31.000 ha de terrains ont été vendus pour 28 millions AUD (environ 20 millions USD), alors que dans une seconde phase, 10 millions AUD suivront encore sur la vente du bétail et du matériel sur le site. MP Evans est toujours ouvert à une offre sur sa participation dans NAPCo. Le groupe continue également de liquider sa part de 40% dans Bertam Properties et ses superficies cultivées de 70 ha au Bertam Estate en Malaisie. Depuis 2005, la société a déjà réalisé 125 millions USD de revenus grâce à ces opérations, et en prévoit encore 45 millions USD dans les années à venir. La contribution au 1er semestre fut cependant limitée (perte nette de 0,1 million USD, contre 2,1 millions USD de bénéfice net l'an dernier), mais de nombreuses ventes sont en pipeline. A terme, MP Evans misera donc tout sur ses activités d'huile de palme en Indonésie. Au 30 juin, le groupe disposait d'une superficie propre de quelque 21.700 ha (21.263 ha fin 2014), scindée en 14.100 ha sur les nouvelles plantations démarrées depuis 2005 au Kalimantan, au Bangka et Musi Rawas, et 7.600 ha sur les plantations totalement cultivées au Nord-Sumatra. En outre, le groupe a 8000 ha - part propre - de participations minoritaires dans Agro Muko notamment, qu'il exploite conjointement à Sipef. Cette superficie s'étendra progressivement au cours des prochaines années, de 8400 ha, ce qui est suffisant pour une hausse attendue de la production à 700.000 tonnes d'ici 2022, contre 385.400 tonnes en 2014 (+82%). Au 1er semestre, la production propre de fruits d'huile de palme a augmenté de 2%, à 187.100 tonnes. Le CA de l'huile de palme a reculé de 18,4%, à 38 millions USD et le bénéfice brut de 48%, à 8,8 millions USD. Au niveau du groupe, le bénéfice a baissé légèrement, de 15,4 à 15,3 millions USD, ou 26,53 centimes de dollar par action. Le dividende intérimaire est resté stable à 2,25 pence par action.ConclusionMP Evans prévoit un soutien des prix de l'huile de palme par El Nino, dont l'impact est de plus en plus manifeste. La société est gérée de manière prudente, est financièrement saine et affiche une valorisation attrayante (1 fois la valeur comptable). Conseil: digne d'achatRisque: moyenRating: 1B