MP Evans avait vendu ses activités britanniques et australiennes dans la viande (une participation minoritaire de 34,4% dans North Australian Pastoral Company) quelques mois plus tôt. Bien que le groupe possède encore des intérêts dans l'immobilier en Malaisie, il était ainsi devenu un spécialiste de l'huile de palme et constituait à ce titre une proie attrayante. Dans le secteur, la période de forte croissance naturelle est définitivement révolue en l'absence de terrains adéquats. On y anticipe donc une recrudescence des fusions et acquisitions au cours des années à venir. Mais les proies potentielles savent bien entendu que les plantations att...

MP Evans avait vendu ses activités britanniques et australiennes dans la viande (une participation minoritaire de 34,4% dans North Australian Pastoral Company) quelques mois plus tôt. Bien que le groupe possède encore des intérêts dans l'immobilier en Malaisie, il était ainsi devenu un spécialiste de l'huile de palme et constituait à ce titre une proie attrayante. Dans le secteur, la période de forte croissance naturelle est définitivement révolue en l'absence de terrains adéquats. On y anticipe donc une recrudescence des fusions et acquisitions au cours des années à venir. Mais les proies potentielles savent bien entendu que les plantations attrayantes gagneront en valeur à l'avenir. C'est pourquoi MP Evans s'est opposée à l'offre de KLK. Soutenu par plusieurs grands actionnaires, le conseil d'administration a rapidement rejeté l'offre, se fondant sur un rapport attestant que la juste valeur par action MP Evans correspondait plutôt à 1100 pence. Le 15 novembre, KLK a relevé son offre à 740 pence par action, mais a essuyé un nouveau refus. Le 22 décembre, le groupe KLK s'est résigné après qu'à peine 13,2% des actionnaires ont souscrit à l'offre (minimum fixé à 50%). KLK a cependant acquis un bloc d'environ 10% du capital de MP Evans début 2017, et a étendu cette position à 12,31% en avril. Hormis un bref creux après le retrait de la deuxième offre, l'action fluctue depuis entre 650 et 800 pence, et a même franchi le cap des 800 pence ces dernières semaines. Cela suggère que le marché s'attend à une surenchère de KLK. Selon la législation britannique en matière d'acquisitions, les Malaisiens peuvent entreprendre une nouvelle tentative après un an, soit à partir de fin décembre. Cette tentative d'acquisition a réveillé MP Evans. Le groupe a vendu sa participation minoritaire de 36,84% (7200 hectares) dans Agro Muko à Sipef pour 100 millions de dollars. En avril, il a versé un dividende spécial de 10 pence brut par action. En août, MP Evans a acquis pour 108 millions de dollars une participation de 95% dans PT Bumi Mas Agro, une plantation de 8240 hectares. Des négociations sont encore en cours pour deux plus petites acquisitions. En outre, l'actionnaire est gâté. MP Evans a lancé un programme de rachat d'actions propres pour maximum 7,5 millions de livres (1,7% de la capitalisation boursière actuelle de 454 millions de livres) et a relevé le dividende brut par action de 8,75 pence sur une base annuelle, à minimum 15 pence. Le bénéfice net récurrent (hors éléments uniques) du groupe a triplé à 13,3 millions de dollars au premier semestre, grâce à une hausse de 10% du cours de l'huile de palme (735 dollars la tonne) et à l'augmentation de sa production de 56% (70.500 tonnes). L'action MP Evans anticipe une nouvelle offre de KLK. La valorisation a augmenté, mais les perspectives sont favorables, avec un profil de croissance assuré jusqu'en 2030. En l'absence de nouvelle offre, un repli semble inévitable. Conseil : conserver/attendreRisque : moyenRating : 2BCours : 810 penceTicker : MPE LNCode ISIN : GB0007538100Devise : livre sterlingMarché : LondresCapit. boursière : 450 millions GBPC/B 2016 : 50C/B attendu 2017 : 34Perf. cours sur 12 mois : +91 %Perf. cours depuis le 01/01 : +28 %Rendement du dividende : 1,8 %