Le titre a cédé plus de 4% début mai, après la publication des résultats, décevants, du premier trimestre. Mosaic a pourtant des circonstances atténuantes: l'hiver particulièrement rude en Amérique du Nord a retardé la saison des plantations et fortement perturbé le transport ferroviaire de potasse en provenance du Canada.
...

Le titre a cédé plus de 4% début mai, après la publication des résultats, décevants, du premier trimestre. Mosaic a pourtant des circonstances atténuantes: l'hiver particulièrement rude en Amérique du Nord a retardé la saison des plantations et fortement perturbé le transport ferroviaire de potasse en provenance du Canada.Les volumes sont donc restés en deçà des prévisions dans les divisions Potasse (1,7 million de tonnes, contre des prévisions arrêtées à 1,7-2 millions de tonnes, et 2 millions l'an dernier) et Phosphates (1,9 million de tonnes, pour une fourchette prévisionnelle de 1,9-2,2 millions, et 2,3 millions de tonnes en 2017). En Amérique latine, en revanche, les volumes produits par la nouvelle division Mosaic Fertilizantes (fusion des anciennes activités de distribution en Amérique latine et de Vale Fertilizantes, le pôle Engrais brésilien, acquis l'an dernier, de Vale) sont passés de 1,1 à 1,6 million de tonnes - les pronostics avaient été arrêtés à 1,3-1,6 million de tonnes. Très satisfaite de l'intégration, la direction table, grâce aux gains de productivité et aux synergies (100 millions de dollars d'ores et déjà identifiés au premier trimestre), sur 275 millions de dollars de cash-flows opérationnels (Ebitda) supplémentaires d'ici à 2020. Le chiffre d'affaires (CA) de Mosaic Fertilizantes a bondi de 56%, de 427 à 665 millions de dollars. Le prix de vente moyen est passé de 375 à 420 dollars la tonne et la marge brute, de 18 à 59 millions de dollars. Malgré la contraction des volumes, le CA de la division Phosphates a progressé de 3,2%, à 866 millions de dollars. Le prix de vente moyen a augmenté de 16,8% (de 369 à 431 dollars la tonne), la marge brute, de 57 à 97 millions de dollars. Dans le pôle Potasse, la hausse des prix (+13,8%, à 239 dollars la tonne) n'a pas entièrement compensé le recul des volumes. Le CA a cédé 2,4%, à 404 millions de dollars, mais la marge brute a bondi de 69 à 102 millions de dollars. Le groupe acte un bénéfice net, hors éléments exceptionnels, de 0,2 dollar par action, soit moins que le consensus (0,24 dollar). La direction n'en a pas moins revu ses prévisions bénéficiaires à la hausse (de 1-1,5 dollar à 1,2-1,6 dollar par action) pour le reste de l'année. Le consensus est passé ces derniers mois de 1,34 à 1,43 dollar par action. Les objectifs de réduction de l'endettement brut (5,1 milliards au 31 mars) ont été portés de 350 à 500 millions pour l'exercice. La demande de potasse et d'engrais phosphatés devrait en effet s'accélérer (demande mondiale de 65,5 à 67,5 millions de tonnes, d'après les prévisions de la direction, contre 65 millions l'an dernier, et passage à 69,1-71,1 millions de tonnes pour le phosphate, contre 68,5 millions en 2017). L'on observe par contre une augmentation plus lente que prévu de la production dans les nouveaux projets, tant dans la potasse (Bethune, pour K+S et VolgaKaliy, pour EuroChem) que dans le phosphate (deux grands projets au Maroc et en Arabie Saoudite). La chute de 24% des exportations chinoises de phosphate au dernier semestre est de bon augure.Le retard accusé après la publication des résultats du premier trimestre est entièrement comblé. Si nous restons un peu sur notre faim, nous n'en tablons pas moins sur une amélioration au cours des trimestres à venir. A 19 fois le bénéfice et un ratio valeur d'entreprise (EV)/cash-flows opérationnels (Ebitda) de 8,8 escomptés pour 2018, la valorisation est attrayante. Conseil : acheterRisque : moyenRating : 1BCours : 27,46 dollarsTicker : MOS USCode ISIN : US61945C1036Marché : New YorkCapit. boursière : 10,6 milliards USDC/B 2017 : 25C/B attendu 2018 : 19Perf. cours sur 12 mois : +22 %Perf. cours depuis le 01/01 : +7 %Rendement du dividende : 0,4 %