Depuis cinq ans, le spécialiste américain des engrais mise sur l'immense potentiel agricole du Brésil, où la consommation d'engrais augmente en moyenne de 5,26% par an depuis 30 ans. L'activité de distribution de Mosaic dans ce pays était plutôt limitée jusqu'au rachat, pour 350 millions de dollars, de l'activité de distribution d'engrais d'Archer Daniels Midland au Brésil et au Paraguay fin 2014, suivi de l'acquisition, pour 2,5 milliards de dollars, de Vale Fertilizantes, la branche Engrais du brésilien Vale, fin 2016, et le regroupement de ces deux activités dans Mosaic Fertilizantes. Malgré les grèves des transporteurs brésiliens, Mosaic Fertilizantes a encore vu son cash-flow opérationnel récurrent (Rebitda) passer de 73 à 410 millions de dollars...

Depuis cinq ans, le spécialiste américain des engrais mise sur l'immense potentiel agricole du Brésil, où la consommation d'engrais augmente en moyenne de 5,26% par an depuis 30 ans. L'activité de distribution de Mosaic dans ce pays était plutôt limitée jusqu'au rachat, pour 350 millions de dollars, de l'activité de distribution d'engrais d'Archer Daniels Midland au Brésil et au Paraguay fin 2014, suivi de l'acquisition, pour 2,5 milliards de dollars, de Vale Fertilizantes, la branche Engrais du brésilien Vale, fin 2016, et le regroupement de ces deux activités dans Mosaic Fertilizantes. Malgré les grèves des transporteurs brésiliens, Mosaic Fertilizantes a encore vu son cash-flow opérationnel récurrent (Rebitda) passer de 73 à 410 millions de dollars, soit 20,2% du total du groupe (2,03 milliards). Les économies attendues grâce au rachat de Vale Fertilizantes (275 millions de dollars) seront réalisées intégralement en 2019, un an plus tôt que prévu. L'effondrement d'un barrage de Vale a toutefois porté un nouveau coup dur au Brésil. L'Etat a durci les normes de sécurité, contraignant Mosaic à interrompre l'exploitation de trois mines. Pour répondre à la demande brésilienne, des matières premières devront être importées du Pérou et 300.000 tonnes d'engrais phosphatés prêts à l'emploi des Etats-Unis, avec un surcoût de 100 millions de dollars, dont la moitié au 2e trimestre. Une normalisation est attendue fin septembre. Mais les difficultés du Brésil viennent compensent la suroffre d'engrais phosphatés aux Etats-Unis - une aubaine, car le climat très humide des six derniers mois a récemment contraint Mosaic à réduire sa production de 300.000 tonnes. Les résultats du 1er trimestre étaient légèrement meilleurs que prévu, mais les prévisions pour 2019 ont été revues à la baisse. Le chiffre d'affaires (CA) a reculé de 1,8% par rapport au 1er trimestre de 2018, à 1,9 milliard de dollars, mais demeure supérieur au consensus (1,87 milliard). Le Rebitda a gagné 7,8%, à 430 millions de dollars (388,1 millions escomptés) et le bénéfice net par action (BPA) a triplé, à 0,34 dollar, dont 0,25 dollaren termes récurrents (contre 0,20 dollar l'an dernier et 0,24 attendu). Fleuron du groupe, la division Potasse a vu son Rebitda progresser de 47%, à 256 millions de dollars, pour des volumes annuels inchangés (9-9,4 millions de tonnes). Avec l'arrivée tardive du printemps, la division Phosphate a livré 0,2 million de tonnes de moins (1,79 million) et son Rebitda s'est contracté de 15,2%, à 198 millions de dollars. La direction annonce toujours un volume compris entre 8,6 et 9 millions de tonnes, mais évoque un risque de baisse. Le rapport entre l'offre et la demande devrait s'améliorer au second semestre. Les exportations chinoises et le conflit sino-américain alimentent les incertitudes. Le Rebitda annuel escompté a été revu de 2,2-2,4 à 2-2,3 milliards de dollars, tandis que le BPA net récurrent attendu, estimé jusqu'alors à 2,1-2,5 dollars, se situerait plutôt dans la fourchette 1,5-2 dollars. La vente de notre position dans Mosaic en 2018 était opportune. Les doutes sur l'issue du conflit commercial sino-américain, les problèmes au Brésil et la météo difficile aux Etats-Unis ont ramené le titre à un niveau proche de son plus-bas des 10 dernières années. A 13 fois le bénéfice escompté pour 2019 et avec une valeur d'entreprise correspondant à 6,5 fois l'Ebitda attendu en 2019, la valorisation est intéressante. Nous attendons toutefois encore avant de recommander l'achat.Conseil: conserver/attendreRisque: moyenRating: 2BCours: 22,8 dollarsTicker: MOS USCode ISIN: US61945C1036Marché: New YorkCapit.boursière: 8,8 milliards USDC/B 2018: 10,8C/B attendu 2019: 13Perf. cours sur 12 mois: -18,4%Perf. de cours depuis le 01.01: -22%Rendement du dividende: 0,9%