Dans sa mise à jour trimestrielle, Just Eat Takeaway.com (JET) se fait de plus en plus explicite sur ses intentions à propos de GrubHub (GH), la société américaine de livraison de repas acquise l'an dernier. On disait à l'époque que l'intégration irait de soi. Mais le marché n'y a pas cru et l'action est depuis passée d'un sommet à plus de 100 euros à moins de 30 euros aujourd'hui. Compte tenu de cela, la direction a cessé de s'opposer farouchement à la proposition de l'activiste Cat Rock de se défaire de GH, allant même désormais jusqu'à envisager la revente totale ou partielle de cette branche. Avec suffisamment de patience, l'aventure aurait pu aboutir - après tout, le groupe avait bien intégré J...

Dans sa mise à jour trimestrielle, Just Eat Takeaway.com (JET) se fait de plus en plus explicite sur ses intentions à propos de GrubHub (GH), la société américaine de livraison de repas acquise l'an dernier. On disait à l'époque que l'intégration irait de soi. Mais le marché n'y a pas cru et l'action est depuis passée d'un sommet à plus de 100 euros à moins de 30 euros aujourd'hui. Compte tenu de cela, la direction a cessé de s'opposer farouchement à la proposition de l'activiste Cat Rock de se défaire de GH, allant même désormais jusqu'à envisager la revente totale ou partielle de cette branche. Avec suffisamment de patience, l'aventure aurait pu aboutir - après tout, le groupe avait bien intégré Just Eat -, mais il fallait tenir compte du mécontentement des investisseurs. Indépendamment de ces déboires américains, il convient de rappeler que JET est toujours numéro 1 sur de grands marchés tels que le Royaume-Uni, l'Allemagne, le Canada, la Pologne, les Pays-Bas, etc.Les résultats traduisent un nouveau ralentissement de la croissance et une amélioration de la rentabilité. Les commandes et la valeur des transactions avaient progressivement gagné plusieurs dizaines de pour cent... jusqu'au 1er trimestre de cette année, où les volumes ont diminué de 1% en glissement annuel, tandis que la valeur des achats augmentait de 4% seulement. Entamé au 4e trimestre de 2021, le ralentissement de la croissance s'explique principalement par l'emballement provoqué fin 2020 - début 2021 par les confinements. Comme d'autres grands gagnants de la crise sanitaire, JET avait enregistré à l'époque une croissance fulgurante que dans des circonstances normales, il aurait mis beaucoup plus de temps à digérer, ce dont la croissance de cette année se ressent. La direction a donc revu ses pronostics pour 2022, qui passent de plus de 10% à moins de 10%. Elle annonce néanmoins pour la suite une progression de 15% par an. Elle précise que faire des prévisions est plus difficile que jadis, car la pandémie a bouleversé le rythme habituel des commandes.Sur le plan opérationnel, JET évolue dans le bon sens. Le nombre de clients récurrents est orienté à la hausse, leurs commandes mensuelles sont plus nombreuses et le ticket est plus élevé. L'entreprise étend son service de livraison de courses au Royaume-Uni, au Canada et aux Pays-Bas, entre autres. La renégociation de son partenariat avec McDonald's devrait lui permettre de gagner en efficacité au niveau des livraisons. Les cash-flows opérationnels prévus pour cette année ont été revus très légèrement à la hausse, mais ils ne passeront dans le vert qu'en 2023. Les actionnaires ont récemment sommé la direction de s'expliquer au sujet d'un voyage au ski organisé au profit de l'intégralité du personnel, pour un montant de 15 millions d'euros. Le cours n'avait plus été aussi bas depuis 2017, époque où l'entrée en Bourse était toute récente encore et où le chiffre d'affaires (CA) n'atteignait pas 170 millions d'euros par an; JET est aujourd'hui un acteur d'envergure mondiale, dont le CA dépasse les 5 milliards d'euros. Le pessimisme dont le titre fait l'objet est exagéré; une fois que le sentiment aura changé, son potentiel de croissance sautera aux yeux. L'action reste dans le portefeuille modèle.Conseil: acheterRisque: élevéRating: 1CCours: 26,30 eurosTicker: TKWY NACode ISIN: NL0012015705Marché: Euronext AmsterdamCapit. boursière: 5,65 milliards EURC/B 2021: -C/B attendu 2022: -Perf. cours sur 12 mois: -69%Perf. cours depuis le 01/01: -47%Rendement du dividende: -