Le 9 mai, l'opérateur Mobistar prendra le même nom que sa société mère, Orange. Ce changement de nom survient au moment où le groupe bascule d'opérateur mobile pur à entreprise offrant (finalement) à ses clients la télévision numérique et l'Internet large bande également. Début mars en effet, Mobistar a commencé à proposer la télévision numérique à ses clients. La transition se fera de manière progressive car les actions promotionnelles auront lieu sous la marque Orange et ce n'est possible qu'après le changement de nom effectif. Une autre explication à ce démarrage lent tient au taux de couverture en Belgique, qui s'élève à seulement 44% actuellement en Belgique. ...

Le 9 mai, l'opérateur Mobistar prendra le même nom que sa société mère, Orange. Ce changement de nom survient au moment où le groupe bascule d'opérateur mobile pur à entreprise offrant (finalement) à ses clients la télévision numérique et l'Internet large bande également. Début mars en effet, Mobistar a commencé à proposer la télévision numérique à ses clients. La transition se fera de manière progressive car les actions promotionnelles auront lieu sous la marque Orange et ce n'est possible qu'après le changement de nom effectif. Une autre explication à ce démarrage lent tient au taux de couverture en Belgique, qui s'élève à seulement 44% actuellement en Belgique. D'ici à la fin de cette année, la couverture du territoire sera totale. L'extension de la gamme de produits et de services n'arrive pas trop tôt car avec la reprise de Base par Telenet, Mobistar perd ce dernier comme client. L'accord actuel par lequel Telenet loue de la capacité de réseau arrive à échéance en 2018. Le changement de nom en Orange devrait coûter entre 5 et 10millions EUR. À partir de 2017, Orange espère également proposer des services financiers et bancaires par l'intermédiaire de sa filiale Orange Bank. L'objectif dans ce cadre est que les paiements en ligne s'effectuent par la propre plateforme d'Orange. La France sera la première, suivie par d'autres pays. Dans le cadre de la stratégie mise en place jusqu'en 2020, Mobistar mise sur une hausse des parts de marchés mobiles et une sensible croissance des données mobiles. Pour cela, ces dernières années, il a lourdement investi dans le réseau, ce qui a porté ses fruits. Le trafic de données mobiles s'est accru au trimestre dernier de près de 80% sur une base annuelle alors que le nombre de clients mobiles ayant un abonnement (postpaid) a augmenté pour le quatrième trimestre consécutif. Le chiffre d'affaires du groupe consolidé a augmenté de 2,3%, à 309,3millions EUR, soit 3millions EUR de plus que le consensus. Le chiffre d'affaires moyen par utilisateur a progressé de 1,3%, à 24EUR, tandis que le cash-flow opérationnel (EBITDA) s'est accru de 4,1%, à 72,7millions EUR. En raison d'une nouvelle norme comptable qui empêche certaines taxes d'être étalées sur l'ensemble de l'exercice, la facture fiscale s'est alourdie à 18,9millions EUR. L'essentiel de ce montant provient de l'impôt sur les antennes émettrices en Région wallonne. Mobistar et les autres opérateurs se sont opposés à cet impôt mais pour l'heure, le montant doit être comptabilisé comme provision. En conséquence, le bénéfice net a reculé à un petit 1,5million EUR. Les prévisions d'EBITDA 2016 sont restées inchangées entre 270 et 290millions EUR, contre 282,8millions EUR l'an dernier. À la fin du premier trimestre, la dette financière nette totalisait 418millions EUR ou 1,4fois l'EBITDA attendu, contre 2fois l'an dernier. Cela fait maintenant près de trois ans que Mobistar n'a plus versé de dividende et on ne sait toujours pas s'il le restaurera l'an prochain. Cette année, les nouvelles câblo-activités ne contribueront pas dans une large mesure à la croissance, mais elles entraîneront à court terme une hausse des coûts. Cela implique qu'au niveau de l'EBITDA, la croissance sera nulle. La valorisation de Mobistar, à 5,6fois l'EBITDA attendu, est dans la moyenne faible du secteur.Conseil : conserverRisque : moyenRating : 2B