L'opérateur de télécommunications s'est bien repris depuis la raclée essuyée ce début d'année après l'annonce de la reprise de Base par Telenet. Telenet a ainsi eu accès à son propre réseau mobile et ne doit donc plus solliciter Mobistar, dont il utilisait le réseau depuis 2006 pour offrir des services mobiles. L'accord actuel court encore jusqu'en 2017, après quoi un cinquième environ du cash-flow opérationnel ou EBITDA de Mobistar disparaîtra. Elément contrariant pour Mobistar : il n'a pas encore eu accès au réseau câblé. L'opérateur belge de télécom BIPT a décidé il y a cinq ans déjà que le réseau câblé de Telenet et de sa filiale Voo (Wallonie) ...

L'opérateur de télécommunications s'est bien repris depuis la raclée essuyée ce début d'année après l'annonce de la reprise de Base par Telenet. Telenet a ainsi eu accès à son propre réseau mobile et ne doit donc plus solliciter Mobistar, dont il utilisait le réseau depuis 2006 pour offrir des services mobiles. L'accord actuel court encore jusqu'en 2017, après quoi un cinquième environ du cash-flow opérationnel ou EBITDA de Mobistar disparaîtra. Elément contrariant pour Mobistar : il n'a pas encore eu accès au réseau câblé. L'opérateur belge de télécom BIPT a décidé il y a cinq ans déjà que le réseau câblé de Telenet et de sa filiale Voo (Wallonie) devait être ouvert, de manière à permettre à d'autres acteurs d'offrir à leurs clients la télévision numérique et les services d'internet large bande. Après un conflit juridique de longue haleine, il revenait aux instances régulatrices compétentes de prendre une décision définitive par rapport aux tarifs entre entreprises, soit l'indemnité que Mobistar (en l'occurrence) devra verser aux câblo-opérateurs. Les régulateurs fédéraux et flamands ont déjà bouclé la procédure mais en Wallonie, le CSA a demandé un délai supplémentaire. Concrètement, Mobistar ne pourra pas proposer son propre assortiment en télévision numérique (et éventuellement internet) sur le réseau de Telenet avant l'an prochain. C'est une déception car Mobistar, qui anticipait le lancement avant la période de fin d'année, a déjà pleinement investi dans ce produit. Mobistar doit absolument accéder au câble pour pouvoir concurrencer Proximus et Telenet qui, pour leur part, offrent des services combinés. Lorsque le nouveau produit TV sera lancé, il faudra encore attendre de savoir s'il peut effectivement compenser les 50 à 60 millions EUR d'EBITDA qui seront perdus en raison du départ de Telenet. Affaire à suivre. Relevons que sur le plan opérationnel, Mobistar a connu un très bon trimestre. Pour la première fois en 16 trimestres, son chiffre d'affaires (CA) consolidé a progressé à 306 millions EUR. La croissance était modeste (+0,5%), même si la progression au niveau des revenus mobiles (+2,2%) fut légèrement plus sensible. La bonne nouvelle concerne la rentabilité. Le déploiement du réseau 4G et la hausse du nombre de clients qui surfent sur un appareil mobile ont permis une augmentation du CA moyen par utilisateur (ARPU) de 3,6% sur une base annuelle, à 28,3 EUR. Après 9 mois, l'EBITDA affiche 228,1 millions EUR, soit 8,1% de plus qu'au cours de la même période un an plus tôt. L'objectif d'EBITDA pour l'ensemble de l'exercice a été relevé à plus de 280 millions, contre 260 à 280 millions EUR précédemment. L'action Mobistar a entretemps doublé par rapport à son creux historique de l'été 2013. Sa dette nette totalisait au 30 septembre 457 millions EUR, soit 1,7 fois l'EBITDA. ConclusionCes derniers trimestres, la situation s'améliore à nouveau sur le plan opérationnel, ce qui s'est traduit par la première croissance du CA en 4 ans et une révision à la hausse des prévisions. Un complément de croissance ne pourra être obtenu qu'après l'ouverture du réseau câblé. A 21 fois le bénéfice attendu et 6 fois l'EBITDA, la décote par rapport à la moyenne du secteur a en grande partie disparu.Conseil: conserverRisque: moyenRating: 2B