Ces derniers mois, Mobistar a été souvent évoqué comme proie potentielle de Telenet. Ces spéculations ne sont pas neuves mais elles ont été ravivées par l'annonce du groupe malinois de la suppression temporaire du dividende, qui accroît la probabilité d'une acquisition. Telenet ne dispose pas lui-même d'un réseau mobile et est donc forcé, pour son offre mobile d'opérateur virtuel (MVNO), d'exploiter le réseau de Mobistar. La croissance explosive du nombre de clients mobiles de Telenet s'est interrompue, Mobistar ne perd en conséquence plus de clients massivement, comme c'était le cas auparavant. D'autres MVNO tels que Lycamobile et Colruyt Mobile, ont veillé à ce que la clientèle de Mobistar...

Ces derniers mois, Mobistar a été souvent évoqué comme proie potentielle de Telenet. Ces spéculations ne sont pas neuves mais elles ont été ravivées par l'annonce du groupe malinois de la suppression temporaire du dividende, qui accroît la probabilité d'une acquisition. Telenet ne dispose pas lui-même d'un réseau mobile et est donc forcé, pour son offre mobile d'opérateur virtuel (MVNO), d'exploiter le réseau de Mobistar. La croissance explosive du nombre de clients mobiles de Telenet s'est interrompue, Mobistar ne perd en conséquence plus de clients massivement, comme c'était le cas auparavant. D'autres MVNO tels que Lycamobile et Colruyt Mobile, ont veillé à ce que la clientèle de Mobistar demeure importante, mais le groupe franco-belge de télécommunications a malgré tout assisté à la perte de nombreux clients propres. Les clients préfèrent en effet de plus en plus les packages combinant téléphonie mobile, Internet large bande, télévision numérique et téléphonie fixe. L'hémorragie s'est cependant arrêtée et Mobistar a accueilli, pour la première fois en 7 trimestres, un peu plus de 1300 nouveaux clients propres (post paid et formules d'abonnements confondues). Le nombre de clients prépayés (cartes payantes) a également augmenté de 18.800 en raison de l'acquisition du fichier clientèle de Colruyt Mobile. Aucune nouvelle n'a été communiquée par rapport au lancement d'une offre de télévision propre par le réseau de Telenet. Mobistar continue d'affirmer que les premiers nouveaux abonnements auront encore lieu cette année. Pour l'instant, on attend encore l'approbation du régulateur des télécoms et le soutien technique des opérateurs. Mobistar a vu reculer les revenus de la téléphonie mobile de 10,1% sur base annuelle, à 276,7 millions EUR. Le groupe ne donne plus la priorité au sponsoring des appareils mobiles, qui sont proposés en combinaison avec un abonnement. En conséquence, le repli du chiffre d'affaires (CA) consolidé (304,4 millions EUR) est supérieur aux prévisions. Le cash-flow opérationnel ou EBITDA a reculé de 15%, à 77,3 millions EUR, mais est de 6,3 millions EUR supérieur au consensus. On remarquera que depuis le début de cette année, un peu plus de la moitié des revenus mobiles proviennent du trafic de données mobiles. Les investissements dans le réseau 4G, qui permet le transfert rapide de données mobiles, commencent donc progressivement à porter leurs fruits. Mobistar misait pour 2014 sur des économies structurelles à hauteur de 50 millions EUR. Après trois trimestres, 43 millions EUR ont déjà été réalisés. Les prévisions annuelles d'EBITDA ont été relevées de 250 à 280 millions EUR à 260-280 millions EUR. Ce chiffre sera peut-être dépassé car après 9 mois, le compteur affiche 217,7 millions EUR. C'est près de 21% de moins qu'il y a un an. Le 1erjuillet, le nouvel abaissement tarifaire est de vigueur. Le CA moyen par utilisateur ou ARPU est resté pourtant stable en rythme trimestriel, à 23,9 EUR. Au 2etrimestre, cet ARPU a progressé pour la première fois en quatre ans.ConclusionLe repli opérationnel s'est interrompu, ce qui a permis à l'action de se hisser à son plus haut niveau depuis juillet de l'an dernier. La croissance n'est cependant pas au rendez-vous à court terme et, à 5,5 fois le cash-flow opérationnel, nous estimons que Mobistar est correctement valorisé. Seule une reprise des spéculations relatives à une acquisition (Telenet) ou une nouvelle offre pourrait doper le titre. Conseil: conserverRisque: moyenRating: 2B