Les résultats annuels du spécialiste de la santé féminine n'ont pas convaincu: avec un chiffre d'affaires (CA) annuel de 22,7 millions d'euros (contre 9 millions seulement en 2020), Mithra a manqué le consensus (37 millions), qui résultait toutefois d'estimations très divergentes au vu du lancement récent de l'Estelle. Les ventes de ce nouveau contraceptif ont atteint 10 millions d'euros aux Etats-Unis et 13,4 millions d'euros si l'on y ajoute le Canada et l'Europe. Aux Etats-Unis, le variant Omicron a bridé les ventes et les remboursements restent limités, mais les indicateurs hebdomadaires et mensuels augmentent régulièrement, si bien que le partenaire Mayne Pharma pourrait bientôt commercialiser le contraceptif (sous la marque Nextstellis) directem...

Les résultats annuels du spécialiste de la santé féminine n'ont pas convaincu: avec un chiffre d'affaires (CA) annuel de 22,7 millions d'euros (contre 9 millions seulement en 2020), Mithra a manqué le consensus (37 millions), qui résultait toutefois d'estimations très divergentes au vu du lancement récent de l'Estelle. Les ventes de ce nouveau contraceptif ont atteint 10 millions d'euros aux Etats-Unis et 13,4 millions d'euros si l'on y ajoute le Canada et l'Europe. Aux Etats-Unis, le variant Omicron a bridé les ventes et les remboursements restent limités, mais les indicateurs hebdomadaires et mensuels augmentent régulièrement, si bien que le partenaire Mayne Pharma pourrait bientôt commercialiser le contraceptif (sous la marque Nextstellis) directement auprès des consommateurs. Les nouvelles directives permettant l'accès à coût réduit aux contraceptifs approuvés par la FDA, qui prendront effet dès 2023, représentent aussi un élément favorable.Lancées au second semestre, les ventes en Europe et au Canada ont atteint 2 millions d'euros (via le partenaire Gedeon Richter) et 0,5 million d'euros (via Searchlight Pharma). L'évolution est similaire à celle d'autres contraceptifs récents. Le cash-flow opérationnel (Ebitda) a chuté, de -73,8 à -77,5 millions d'euros, en raison de l'augmentation des coûts de recherche et développement (+7,3 millions d'euros, à 76,6 millions) des études de phase III avec le Donesta. La perte nette s'est creusée, de 92,1 millions d'euros à 116,9 millions. Après avoir utilisé intégralement ses 35 millions d'euros de lignes de crédit, Mithra avait une trésorerie de 32,9 millions d'euros au 31 décembre. 8,1 millions d'euros des 41 millions de la facilité de financement de LDA Capital encore disponibles fin 2021 ont été utilisés. Mithra a aussi levé 10 millions d'euros dans le cadre de l'accord de financement en actions flexible conclu avec Goldman Sachs pour 100 millions d'euros au maximum.La commercialisation de l'Estelle (sous la marque Drovelis) débutera dans de nombreux pays européens cette année. Au second semestre, la Russie (sous réserve de l'impact du conflit en Ukraine) et l'Australie devraient suivre. Des approbations supplémentaires sont attendues et d'autres seront demandées en Amérique latine. Au 2e semestre, l'approbation, aux Etats-Unis, de l'anneau vaginal Myring, variante générique de l'anneau vaginal NUVARING, serait une bonne surprise.Mais tous les yeux sont surtout rivés sur les développements du Donesta, le deuxième candidat médicament à base d'estetrol (E4) contre, notamment, les bouffées de chaleur de la ménopause. Les deux études de phase III parues début 2022 ont livré des résultats d'efficacité positifs et un accord de licence mondiale avec un acteur majeur est attendu, probablement d'ici décembre. Parallèlement, trois études supplémentaires seront lancées cette année, sur trois autres affections courantes pendant la ménopause: l'atrophie vulvo-vaginale (étude de phase III) et la texture, la qualité et l'apparence des cheveux et de la peau (études de phase II). L'action Mithra a plongé à la publication des résultats annuels. Il est encore un peu tôt pour tirer des conclusions, mais les premières ventes de l'Estelle n'ont pas apporté de bonne surprise. Tous les espoirs sont donc concentrés sur le potentiel du Donesta. La conclusion d'un accord de licence mondial avec un partenaire solide en 2022 sera en particulier déterminante pour renverser la tendance, car Mithra doit encore lever de nombreux fonds supplémentaires. Conseil: acheterRisque: élevéRating: 1CCours: 13,66 eurosTicker: MITRA BBCode ISIN: BE0974283153Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 607,8 millions EURC/B 2021: -C/B attendu 2022: -Perf. cours sur 12 mois: -46%Perf. cours depuis le 01/01: -32%Rendement du dividende: -