Mithra Pharmaceuticals étudie actuellement deux blockbusters potentiels (médicaments produisant un chiffre d'affaires (CA) d'au moins un milliard de dollars) contenant l'oestrogène naturel Estetrol (E4): le contraceptif oral Estelle et le médicament contre les bouffées de chaleur dues à la ménopause Donesta.
...

Mithra Pharmaceuticals étudie actuellement deux blockbusters potentiels (médicaments produisant un chiffre d'affaires (CA) d'au moins un milliard de dollars) contenant l'oestrogène naturel Estetrol (E4): le contraceptif oral Estelle et le médicament contre les bouffées de chaleur dues à la ménopause Donesta. Révélés au printemps, les résultats de l'étude de phase II visant à évaluer notamment l'incidence de l'Estelle sur des marqueurs de l'hémostase furent très encourageants. L'Estelle s'est montrée au moins aussi performante que la pilule la plus sûre, la Melleva (pilule de deuxième génération), et bien plus performante que la plus vendue, la Yaz (une pilule de quatrième génération qui, si l'on inclut les variantes génériques, a livré un CA de 1,2 milliard d'euros), s'agissant des paramètres de sécurité liés au risque de caillots sanguins. En septembre ont été dévoilés les résultats, tout aussi convaincants, du volet européen et russe du programme d'études de phase III. Un mois plus tard, Mithra signait un contrat de licence avec Gedeon Richter, qui commercialisera l'Estelle sur ces marchés très prometteurs. Les résultats du volet nord-américain du programme de phase III suivront au premier trimestre de 2019. Dans un rapport intermédiaire publié en novembre, Mithra a déjà fait savoir que l'Estelle est aussi sûre que le contraceptif oral le plus vendu aux Etats-Unis (le Lo-Listrin d'Allergan; CA annuel de 758 millions d'euros). L'on peut dès lors s'attendre à ce qu'un contrat de licence soit conclu dans quelques mois pour les Etats-Unis, un marché deux fois plus vaste que l'européen. Les demandes de commercialisation devraient être introduites au deuxième semestre tant en Europe (AEM) qu'aux Etats-Unis (FDA), et le produit devrait être commercialisé en 2021 au plus tard. Concernant le Donesta, Mithra a publié, en avril, des résultats de phase IIb encourageants. Le programme de phase III, qui commencera en principe fin 2019-début 2020, est en cours de préparation. La société dispose d'une trésorerie convenable (attentes: plus de 100 millions d'euros à la fin de l'exercice courant) depuis qu'elle a accru son capital de 77,5 millions d'euros fin mai en émettant 2,67 millions d'actions nouvelles à 29 euros l'unité et perçu d'une part un premier paiement, de 35 millions, de Gedeon Richter et d'autre part 20 millions d'euros de Ceres Pharma, à qui elle a vendu son portefeuille de contraceptifs génériques. Mithra envisage de traiter d'autres indications encore avec l'E4. Par ailleurs, nous ne sous-estimerions pas le Myring, son anneau vaginal contraceptif qui est la version générique du Nuvaring: la FDA se prononcera au cours du premier trimestre de 2019 sur sa commercialisation aux Etats-Unis. Le cours de l'action Mithra a plus que doublé cette année; il s'agit de la plus belle progression, sur Euronext Bruxelles. La capitalisation boursière de Mithra, de 862 millions d'euros pour l'heure, n'intègre que la valeur de l'Estelle, celle du Myring et celle de la trésorerie. Or, le Donesta recèle le plus de valeur, à long terme. Ces prochains mois, nous saurons si la mise sur le marché américain du Myring a été approuvée et connaîtrons les résultats du volet nord-américain de l'étude de phase III portant sur l'Estelle, qui pourraient déboucher sur un accord de licence. Si le cours de l'action bondissait à nouveau, nous devrions alléger notre position, dans le portefeuille modèle. Conseil : acheterRisque : élevéRating : 1CCours : 22,9 eurosTicker : MITRA BBCode ISIN : BE0974283153Marché : Euronext BruxellesCapit. boursière : 682 millions EURC/B 2017 : -C/B attendu 2018 : -Perf. cours sur 12 mois : +115 %Perf. cours depuis le 01/01 : +121 %Rendement du dividende : -