31,83 USD - 3B ↓ - Conserver
...

31,83 USD - 3B ↓ - ConserverAlors qu'au 3e trimestre de l'exercice tronqué 2012-2013, Microsoft enregistrait encore des résultats supérieurs aux prévisions, ce fut tout à fait le contraire ces trois derniers mois. Outre Gartner, IDC a confirmé que les ventes de PC avaient diminué d'environ 11%. Selon IDC, 2013 est bien partie pour être la pire année pour le secteur des PC. Microsoft souhaite dès lors se réorienter dans le matériel informatique et les services. Dans ce cadre, la direction a annoncé en début de mois une grande réforme : une fonction Engineering séparée verra le jour, tandis que les services marketing et financiers seront centralisés. Le directeur Steve Ballmer s'est empressé d'ajouter que la restructuration ne s'accompagnerait pas de licenciements massifs. Outre les divisions fonctionnelles, quatre nouveaux domaines de développement ont été créés. Il s'agit notamment des Operating Systems (systèmes d'exploitation), des Applications, et de Cloud & Devices (matériel). Nous prévoyons que dans le courant de l'exercice à peine entamé (2013-2014), la structure de reporting sera également revue, conformément à la réorganisation fonctionnelle. La nouvelle concernant la nouvelle structure de l'entreprise n'a pas relégué au second plan les résultats décevants. La faiblesse du marché du PC n'est pas neuve mais l'amortissement unique de 900 millions USD ou 7 centimes de dollar par action était en revanche complètement inattendu. Cet amortissement est lié à la moins bonne prestation de la tablette Surface. Cette ligne de produits n'a en effet pas rencontré le succès escompté. Selon IDC, au 1e trimestre, seuls 900.000 unités ont été vendues, sur des ventes globales de 49 millions d'unités. Le Surface ne menace donc pas du tout l'iPad d'Apple. Microsoft a récemment abaissé les prix du Surface RT dans une tentative de doper les ventes mais en conséquence, la valeur des tablettes qui se trouvent encore en stock a dû être amortie. Dès lors, le bénéfice net a reculé de 19%, à 4,9 milliards USD ou 0,59 USD par action. Cela dit, même sans cet amortissement, le bénéfice net ajusté de 66 centimes de dollar est nettement inférieur au consensus de 75 centimes. Même constat au niveau du CA, dont la croissance annuelle ressort à 10%, à 19,9 milliards USD, mais qui est largement inférieur aux 20,7 milliards USD attendus. Le CA de Microsoft doit cependant être corrigé selon les ventes reportées. Ces ventes réalisées mais non encore comptabilisées ont augmenté de 15% et atteint un niveau record de 22,4 milliards USD. La division Windows a été confrontée au repli des ventes de PC aux consommateurs de 20%. Le mois prochain, Windows 8 fera l'objet d'une première adaptation : plusieurs défauts relevés par les utilisateurs seront corrigés. Le département Server&Tools (avec notamment Windows Server et SQL Server, et les applications cloud Azure) a signé une croissance de son CA de 9%. La division Professionnelle (Business) a tiré profit des ventes favorables du package Office 365 et vu son CA progresser de 14%. Au niveau d'Entertainment&Devices, le lancement de la nouvelle Xbox One mérite d'être relevé. Online Services a connu une croissance de 9% mais est encore déficitaire au niveau opérationnel. Microsoft a clos l'exercice avec une trésorerie nette de 55,5 milliards USD.Microsoft comptait sur le succès de Windows 8 et de la tablette Surface pour rattraper son retard sur le marché du PC mais aucun de ces deux produits n'a répondu aux attentes. Dans ce contexte, la hausse de cours de près d'un quart depuis la mi-avril est difficile à justifier. La raclée prise par le titre en réaction aux résultats n'était dès lors que logique. A court terme, nous n'entrevoyons pas d'amélioration et les mesures annoncées pour améliorer l'efficacité ne porteront leurs fruits que sur le plus long terme. Nous abaissons notre conseil à "conserver" (rating 3B).