Microsoft, qui réalise environ la moitié de son chiffre d'affaires (CA) hors des Etats-Unis, avait prévenu en juin que la vigueur du dollar aurait des répercussions sur ses résultats. Le groupe avait alors abaissé ses prévisions de bénéfice et de CA pour le dernier trimestre (d'avril à juin 2022) de son exercice décalé. A 51,87 milliards de dollars, le CA se situe dans la dernière fourchette prévisionnelle et est en hausse de 12% sur un an, mais en deçà du consensus (52,44 milliards). A cours de change constants, la croissance aurait été de 16%. La cherté du billet vert a privé le CA de près de 600 millions de dollars et le bénéfice par action de 0,04 dollar. A cela s'ajoute le ralentissement des ventes d'ordinateurs personnels, depuis plusieurs mois déjà. Selon le cabinet d'études de marché Gartn...

Microsoft, qui réalise environ la moitié de son chiffre d'affaires (CA) hors des Etats-Unis, avait prévenu en juin que la vigueur du dollar aurait des répercussions sur ses résultats. Le groupe avait alors abaissé ses prévisions de bénéfice et de CA pour le dernier trimestre (d'avril à juin 2022) de son exercice décalé. A 51,87 milliards de dollars, le CA se situe dans la dernière fourchette prévisionnelle et est en hausse de 12% sur un an, mais en deçà du consensus (52,44 milliards). A cours de change constants, la croissance aurait été de 16%. La cherté du billet vert a privé le CA de près de 600 millions de dollars et le bénéfice par action de 0,04 dollar. A cela s'ajoute le ralentissement des ventes d'ordinateurs personnels, depuis plusieurs mois déjà. Selon le cabinet d'études de marché Gartner, il s'est vendu 12,6 % de PC en moins que l'an passé, au 2e trimestre. La baisse de l'activité économique en Chine, qui explique le retard accusé dans la livraison de certains composants, a elle aussi ralenti la croissance de Microsoft. Ces deux éléments ont coûté au groupe 300 millions de dollars de CA. La baisse des dépenses publicitaires (sur LinkedIn et des moteurs de recherche) a également pesé sur le CA, à hauteur de 100 millions de dollars. Les perspectives chiffrées de la direction pour l'exercice qui vient de commencer ont toutefois rassuré les investisseurs. Pour le 1er trimestre (de juillet à septembre 2022), elle table sur un CA de 49,25 à 50,25 milliards de dollars et sur une marge brute de 69,9 %; cela correspond à une croissance de quelque 10% par rapport à la même période l'an dernier. Elle pronostique pour l'exercice 2023 une croissance d'au moins 10% du CA. Les analystes s'attendent en moyenne à un CA annuel de 222,3 milliards de dollars, soit à une hausse de 12% par rapport à l'exercice 2022 (198,3 milliards de dollars).Azure, la plateforme cloud, a connu une croissance de 40% en glissement annuel (et de 46% à cours de change constants), légèrement inférieure aux attentes (+43%). La division Intelligent Cloud, dont Azure fait partie, a vu son CA s'accroître de 25%, à 20,9 milliards de dollars. Les jeux ont rapporté 7% de moins que l'an passé en raison de la baisse des ventes de consoles Xbox et du contenu y associé. Microsoft s'attend à finaliser le rachat du producteur de jeux Activision Blizzard au cours de cet exercice. Les autorités britanniques de la concurrence étudient l'incidence de cette transaction sur ce segment du marché. Au 4e trimestre, les dépenses d'exploitation de Microsoft ont bondi de 14%, à 14,9 milliards de dollars; le groupe a accru ses investissements dans le cloud, dans LinkedIn et dans Nuance Communications, récemment acquise. Les frais de licenciement (d'environ 1% de ses 180.000 employés) se sont élevés à 113 millions de dollars. La réduction des activités en Russie lui a coûté 126 millions de dollars. Microsoft disposait de 104,8 milliards de dollars de liquidités au 30 juin. Sa dette à long terme (dette de leasing non incluse) s'élevait à 47 milliards de dollars. Il a réalisé un cash-flow disponible de 17,8 milliards de dollars au 4e trimestre, soit 9% de plus qu'un an auparavant, et de 65,1 milliards sur l'exercice. Il a versé 12,4 milliards de dollars (7,8 milliards en rachats d'actions et 4,6 milliards en dividendes) à ses actionnaires entre avril et juin, ou 19% de plus qu'un an plus tôt. Le dividende trimestriel se monte à 0,62 dollar par action, ce qui, au cours actuel, correspond à un rendement d'un peu moins de 1%.Le taux de croissance demeure impressionnant pour une entreprise de cette envergure et dans un contexte macroéconomique défavorable. L'action n'est pas bon marché, mais elle est de premier ordre. Digne d'achat pour le long terme. Conseil: acheterRisque: moyen Rating: 1BCours: 274, 82 dollarsTicker: MSFT US Code ISIN: US5949181045Marché: NasdaqCapit. boursière: 2.063 milliards USD C/B 2022: 28,5C/B attendu 2023: 26,6Perf. cours sur 12 mois: -3,5%Perf. cours depuis le 01/01: -17,9%Rendement du dividende: 0,9%