Microsoft a récemment atteint un nouveau plus haut historique, redevenant la première capitalisation boursière au monde, à plus de 1.000 milliards de dollars. Apple et Amazon avaient déjà franchi ce cap, mais leur valeur en Bourse s'est légèrement tassée depuis. Les trimestriels publiés il y a peu confirment la bonne santé de l'éditeur de logiciels. Sur le dernier trimestre de l'exercice 2019, clos fin juin, le chiffre d'affaires (CA) a progressé de 12,1% (14% hors effet de change) à 33,72 milliards de dollars - près d'un milliard de dollars au-dessus du consensus. Sur l'exercice, Microsoft a réalisé un CA de 125,8 milliards de dollars (+15% par rapport à 2018) - une performance remarquable pour une entreprise technologique "classique" qui a su se...

Microsoft a récemment atteint un nouveau plus haut historique, redevenant la première capitalisation boursière au monde, à plus de 1.000 milliards de dollars. Apple et Amazon avaient déjà franchi ce cap, mais leur valeur en Bourse s'est légèrement tassée depuis. Les trimestriels publiés il y a peu confirment la bonne santé de l'éditeur de logiciels. Sur le dernier trimestre de l'exercice 2019, clos fin juin, le chiffre d'affaires (CA) a progressé de 12,1% (14% hors effet de change) à 33,72 milliards de dollars - près d'un milliard de dollars au-dessus du consensus. Sur l'exercice, Microsoft a réalisé un CA de 125,8 milliards de dollars (+15% par rapport à 2018) - une performance remarquable pour une entreprise technologique "classique" qui a su se réinventer ces dernières années, en réussissant la transition de la vente de logiciels au modèle cloud.L'offre cloud du groupe est désormais très vaste, avec notamment des versions cloud de logiciels très populaires (Office, ERP Dynamics). Microsoft est le 2e acteur de l'infrastructure cloud (centres de données) derrière Amazon. Les activités de l'éditeur de logiciels sont réparties en trois groupes. Le CA du pôle Productivity&Business a augmenté de 14% en un an, à 11,05 milliards de dollars, porté surtout par les versions cloud 365 d'Office et Dynamics. Le réseau professionnel LinkedIn s'est adjugé 25%. La division Intelligent Cloud, désormais la plus importante du groupe, a enregistré la plus nette progression (+19% à 11,39 milliards de dollars). Le CA de la ligne Azure a gagné 64%. C'est moins qu'au 3e trimestre (73%) mais l'offre cloud de Microsoft croît toujours bien plus vite que la concurrence. La division More Personal Computing n'a gagné que 4%, à 11,28 milliards de dollars, et perd sa première place. La famille Windows a brillé grâce aux bonnes ventes de Windows 10, avant l'arrêt prochain du support de Windows 7. La tablette Surface a également signé un bon trimestre. L'activité Gaming (Xbox) a déçu avec un CA en baisse de 10%. Au niveau du groupe, le bénéfice brut a gagné 15%, à 23,3 milliards de dollars, sur le trimestre. La marge brute a augmenté de 2%, à 69%. Le bénéfice net atteint ainsi 13,2 milliards de dollars, près de 50% de plus qu'il y a un an, grâce aux allègements fiscaux. Microsoft génère toujours un cash-flow élevé. Le cash-flow disponible s'établit à 12,1 milliards de dollars (+6% sur un an). Au 4e trimestre, Microsoft a reversé 7,7 milliards de dollars à ses actionnaires (4,2 milliards de dollars de rachats d'actions propres et 3,5 milliards de dividendes), contre 7,4 milliards au trimestre précédent. Fin mars, Microsoft avait 133,82 milliards de dollars de liquidités et d'investissements à court terme au bilan pour une dette totale de quelque 86 milliards de dollars. Sa position nette de trésorerie s'établissait donc à 47,9 milliards de dollars, ou 6,25 dollars par action. Pour l'exercice 2020, Microsoft prévoit une croissance du CA à deux chiffres et une nouvelle augmentation du bénéfice opérationnel. Sur le 1er trimestre, le CA devrait atteindre 31,8 à 32,4 milliards de dollars. Microsoft est très chère, mais un taux de croissance aussi élevé reste exceptionnel pour une entreprise de cette taille. La rémunération élevée des actionnaires dope le bénéfice par action, mais au détriment de la trésorerie. La valorisation a augmenté plus rapidement que le bénéfice ces dernières années, ce qui ne peut durer. Malgré les qualités intrinsèques de Microsoft, nous recommandons de vendre. Conseil: vendreRisque: moyenRating: 3BCours: 141,34 dollarsTicker: MSFT USCode ISIN: US5949181045Marché: NasdaqCapit. boursière: 1.080 milliards USDC/B 2018: 30C/B attendu 2019: 27Perf. cours sur 12 mois: +33%Perf. cours depuis le 01/01: +39%Rendement du dividende: 1,3%