Après des trimestriels décevants et des projections à l'avenant, l'ex-Facebook, Meta Platforms (Meta) n'a pu qu'acter sa plus grande perte de valeur en glissement journalier, la chute de 26% de son cours ayant fait s'évaporer pour plus de 230 milliards de dollars de capitalisation boursière. La fortune de Mark Zuckerberg lui-même a fondu de 30 milliards de dollars. L'action a déjà cédé plus de 40% depuis le sommet historique atteint en septembre. Pour continuer à justifier sa valorisation faramineuse, Meta ne pouvait se permettre aucune erreur. Or il a achevé le 4e trimestre de 2021 sur un chiffre d'affaires (CA) de 33,67 milliards de dollars (+20% en glissement annuel) - le résultat est certes supérieur au consensus (33,4 milliards), mais les bonnes nouve...

Après des trimestriels décevants et des projections à l'avenant, l'ex-Facebook, Meta Platforms (Meta) n'a pu qu'acter sa plus grande perte de valeur en glissement journalier, la chute de 26% de son cours ayant fait s'évaporer pour plus de 230 milliards de dollars de capitalisation boursière. La fortune de Mark Zuckerberg lui-même a fondu de 30 milliards de dollars. L'action a déjà cédé plus de 40% depuis le sommet historique atteint en septembre. Pour continuer à justifier sa valorisation faramineuse, Meta ne pouvait se permettre aucune erreur. Or il a achevé le 4e trimestre de 2021 sur un chiffre d'affaires (CA) de 33,67 milliards de dollars (+20% en glissement annuel) - le résultat est certes supérieur au consensus (33,4 milliards), mais les bonnes nouvelles s'arrêtent là. C'est la première fois que Meta fait rapport sous sa nouvelle structure, qui s'articule autour de Family of Apps et de Meta Reality Labs. Family of Apps est l'ensemble des réseaux sociaux du groupe; Reality Labs comprend le matériel de réalité virtuelle et de réalité augmentée, socle du futur métavers (des lunettes spéciales permettront aux utilisateurs de se rencontrer, se détendre, travailler, jouer dans des environnements numériques). Le métavers devrait à terme générer de nouveaux revenus grâce, entre autres, à une plateforme de commerce de biens et de services virtuels. Reste que cet univers n'est prêt ni techniquement ni commercialement. L'objectif est qu'à terme, Meta soit moins dépendant des données qu'il acquiert indirectement - via les systèmes d'exploitation d'Apple (iOS) et d'Alphabet (Android), sur lesquels tournent ses applications. Le groupe exploite les données des utilisateurs pour concevoir et vendre des publicités personnalisées, mais les complications se multiplient. Lorsque la collecte des données s'opérera dans son propre environnement, il n'aura plus à recourir aux systèmes d'exploitation: c'est exactement le but du métavers. Family of Apps a réalisé un CA de 32,79 milliards de dollars (+20%), pour un bénéfice opérationnel de 15,89 milliards. Le CA de Reality Labs a plafonné à 877 millions de dollars (+22%), alors que la perte opérationnelle atteint 3,3 milliards (10,2 milliards de perte sur l'exercice). La marge opérationnelle du groupe n'est donc plus que de 37%, contre 46% un an plus tôt. Le bénéfice net a cédé 8% en un an, à 10,29 milliards de dollars, soit 3,67 dollars par action (consensus: 3,84 dollars). Le nombre d'utilisateurs quotidiennement actifs de Facebook a reculé pour la première fois au 4e trimestre (de 1,93 à 1,929 milliard; la baisse est certes minime, mais marque une rupture). Le nombre d'utilisateurs mensuellement actifs (2,91 milliards) a légèrement augmenté, mais pas autant qu'escompté (2,93 milliards). Meta vise pour ce trimestre un CA de 27-29 milliards de dollars, contre plus de 30 milliards initialement prévus. Sa direction évoque la concurrence de TikTok et l'inflation, qui contraint les entreprises à rogner sur les budgets publicitaires. Les conséquences de cette situation sur les revenus de 2022 sont estimées à 10 milliards de dollars.Meta compte pour sa croissance future sur le métavers, mais il va d'abord devoir investir énormément. Les marges vont temporairement en souffrir, d'autant que la croissance des recettes publicitaires tend à ralentir. Après sa chute, l'action est, enfin, à nouveau correctement valorisée par rapport à la croissance. Compte tenu du changement de sentiment à l'égard des géants de la technologie, il est trop tôt pour recommander d'acheter. Conseil: conserver/attendreRisque: moyenRating: 2BCours: 230,15 dollarsMarché: NasdaqCode ISIN: US30303M1027Ticker: FB USCapit. boursière: 647,2 milliards USDC/B 2021: 17C/B attendu 2022: 17Perf. cours sur 12 mois: -11%Perf. cours depuis le 01/01: -29%Rendement du dividende: -