Tout comme son concurrent Rio Tinto, le groupe minier BHP Billiton a tiré profit des prix élevés des minerais de fer et de cuivre. Son bénéfice sous-jacent hors impôts a en effet progressé d'un quart en glissement annuel au premier semestre de son exercice fiscal 2018, à 4,1 milliards de dollars. C'est sa plus nette évolution depuis le premier semestre de 2014. Cela dit, le résultat reste légèrement inférieur au consensus de 4,21 milliards de dollars, en conséquence de coûts plus élevés liés aux minerais et au charbon.
...

Tout comme son concurrent Rio Tinto, le groupe minier BHP Billiton a tiré profit des prix élevés des minerais de fer et de cuivre. Son bénéfice sous-jacent hors impôts a en effet progressé d'un quart en glissement annuel au premier semestre de son exercice fiscal 2018, à 4,1 milliards de dollars. C'est sa plus nette évolution depuis le premier semestre de 2014. Cela dit, le résultat reste légèrement inférieur au consensus de 4,21 milliards de dollars, en conséquence de coûts plus élevés liés aux minerais et au charbon. Du fait de la réforme fiscale américaine, le bénéfice net a reculé à 2,02 milliards de dollars, contre encore 3,2 milliards un an plus tôt. Le minerai de fer a livré la plus importante contribution au bénéfice opérationnel (38%), suivi par le cuivre (28%). L'énergie (18%) et le charbon (16%) ont généré le solde. BHP a misé beaucoup sur le cuivre: il a investi 2,5 milliards de dollars pour prolonger la durée de vie de la mine de cuivre Spence au Chili. La direction du groupe doit cependant composer depuis l'an dernier avec un fonds activiste, Elliott Management Corp., qui détient désormais quelque 5% des titres. Elliott vise à accroître la valeur actionnariale. Pour parvenir à sa fin, il encourage à la vente de la division Energie. Le fonds revendique également le versement d'un dividende plus élevé et voudrait enfin s'attaquer à la structure duelle de l'entreprise. Et Elliott a atteint certains de ces objectifs. Ainsi BHP vendra-t-il les activités américaines liées au schiste. Le groupe les avait acquises en 2011 pour 20 milliards de dollars, et espère les céder cette année pour la moitié du prix d'achat. Un échange avec d'autres actifs est tout aussi envisageable, de même qu'une cotation en Bourse distincte. BHP conserve cependant en portefeuille les actifs conventionnels liés à l'énergie (ceux dans le Golfe du Mexique, par exemple). Quant au dividende, BHP en a relevé l'acompte de 40 à 55 centimes de dollar par action, soit une augmentation de 37,5%. Le groupe minier redistribue ainsi 72% du bénéfice sous-jacent. Un rachat d'actions propres n'est pas encore au programme. BHP Billiton a une structure duelle: un siège au Royaume-Uni et l'autre en Australie. Elliott affirme que la simplification de la structure induirait de nombreuses économies. Il est cependant peu probable que celle-ci ait lieu à court terme. Car la structure actuelle procure aussi des avantages fiscaux. Au cours des six premiers mois de son exercice fiscal2018, le groupe a allégé sa dette nette de 900 millions de dollars, à 15,4 milliards de dollars. Son taux d'endettement s'établit à 19,9%. BHP a dégagé un cash-flow disponible de 4,9 milliards de dollars. Au cours des deux prochaines années, le groupe espère réaliser des gains de productivité à hauteur de deux milliards de dollars. Les investissements en capital et dépenses consacrées à l'exploration ne dépasseront pas les huit milliards de dollars. BHP peut difficilement estimer ce que lui réservera le second semestre. Le prix du minerai de fer est hautement volatil. La Chine compense le ralentissement de la croissance du crédit et l'essoufflement du marché immobilier par des investissements accrus dans l'infrastructure. Le prix du cuivre a baissé au premier trimestre.BHP a fait état d'un bon premier semestre mais la récente évolution du cours de son action trahit une nervosité accrue sur le marché. Le même phénomène a affecté RioTinto et Glencore. La valorisation de BHP est conforme à celle du secteur et, depuis le relèvement du dividende, c'est aussi le cas du rendement. Paru sur initiedelabourse.be le 12 avrilConseil : conserver/attendreRisque : moyenRating : 2BCours : 1386 penceTicker : BLT LNCode ISIN : GB0000566504Marché : Londres Capit. boursière : 80,1 milliards de livres (GBP) C/B 2017 : 22C/B attendu 2018 : 10Perf. cours sur 12 mois : +16 %Perf. cours depuis le 01/01 : -9 %Rendement du dividende : 5,2 %