Melexis est un producteur de semi-conducteurs et de capteurs. L'industrie automobile est de loin son principal débouché avec une contribution de près de 90% au chiffre d'affaires (CA) du groupe. Ce segment de marché a récemment fait parler de lui avec la reprise du groupe néerlandais NXP Semiconductor par l'entreprise américaine Qualcomm. Ce fut la plus importante transaction de l'industrie des semi-conducteurs. Melexis est le cinquième acteur mondial dans le segment des capteurs pour le secteur automobile. L'utilisation de capteurs s'intensifie car les législateurs et les consommateurs sont de plus en plus exigeants en matière de sécurité, d'environnement et de confort. Les seuils d'entrée sont très élevés parce que les const...

Melexis est un producteur de semi-conducteurs et de capteurs. L'industrie automobile est de loin son principal débouché avec une contribution de près de 90% au chiffre d'affaires (CA) du groupe. Ce segment de marché a récemment fait parler de lui avec la reprise du groupe néerlandais NXP Semiconductor par l'entreprise américaine Qualcomm. Ce fut la plus importante transaction de l'industrie des semi-conducteurs. Melexis est le cinquième acteur mondial dans le segment des capteurs pour le secteur automobile. L'utilisation de capteurs s'intensifie car les législateurs et les consommateurs sont de plus en plus exigeants en matière de sécurité, d'environnement et de confort. Les seuils d'entrée sont très élevés parce que les constructeurs automobiles ne souhaitent s'engager qu'avec des valeurs établies du secteur. Melexis entretient des relations de long terme stables avec plusieurs d'entre eux. Un peu plus de la moitié de son CA est comptabilisé en dollar américain. Melexis enregistre une croissance plus rapide que la moyenne du secteur et se prépare à connaître une nouvelle année record. Cela dit, le CA du trimestre à peine écoulé, à 114,5millions EUR (+13% en un an), se situe tout juste sous les prévisions. Tant le bénéfice brut que le résultat opérationnel ont progressé un peu moins, respectivement de 11 et 9%. Les dépenses en R&D ont augmenté, il est vrai, à 13,9% du CA au troisième trimestre. Après les neuf premiers mois de l'année, le CA du groupe s'élève à 336,3millions EUR, soit 12,9% de plus qu'à la même période un an plus tôt. La marge brute et la marge opérationnelle s'élèvent respectivement à 45,6 et 25,3%. C'est la région APAC (Asie et Océanie) qui a contribué le plus largement au CA du groupe, à hauteur de 46% au dernier trimestre. Mais c'est l'Europe (EMEA) qui a enregistré la croissance la plus importante : 40% des ventes. Le solde est à mettre au compte de l'Amérique du Nord et du Sud (14%). En Union européenne, sur les trois premiers trimestres de cette année, 11,24millions de véhicules ont été immatriculés. C'est 8% de plus qu'au cours de la même période un an plus tôt. Aux États-Unis, les ventes ont baissé d'un demi-pour cent en septembre mais elles évoluent suffisamment pour au moins égaler l'année record 2015 (17,5millions de voitures vendues). La Chine reste le plus grand marché automobile au monde. Les ventes y ont progressé entre janvier et septembre de 14,6% par rapport à la même période l'an dernier, à 19,2millions de véhicules. Ces dernières semaines, Melexis a subi plusieurs révisions à la baisse du conseil de maisons de Bourse en raison de sa valorisation tendue. Melexis a confirmé ses prévisions pour 2016 d'une hausse du CA comprise entre 13 et 14%. La marge brute fluctuera autour de 45% et l'opérationnelle aux environs de 25%. À la fin du troisième trimestre, Melexis avait un peu plus de 109millions EUR en caisse. La dette de long terme s'établissait à 11millions EUR. Le conseil d'administration avait relevé en début d'année le dividende de 1 à 1,9EUR par action. ConclusionMelexis enregistre une croissance plus rapide que la moyenne du secteur, est financièrement sain, verse un dividende. De plus, ses perspectives sont favorables. Ce sont de bonnes nouvelles, qui hélas sont déjà intégrées dans le cours. Melexis affiche en effet une prime par rapport à ses pairs, et sa valorisation est bien supérieure à sa moyenne historique. Conseil : conserverRisque : faibleRating : 2ADevise : euro (EUR)Marché : Euronext BruxellesCapitalisation boursière : 2,4 milliards EURC/B 2015 : 25C/B attendu 2016 : 24Perf. cours sur 12 mois : +23%Perf. cours depuis le 01/01 : +15%Rendement du dividende : 3,2%