L'action du spécialiste belge des semi-conducteurs pour le secteur automobile (89% du chiffre d'affaires) avait atteint un cours record de plus de 60 EUR en avril, pour retomber à 37 EUR à peine fin août. Le groupe a pourtant continué à aligner d'excellents résultats. La correction s'explique par une combinaison de plusieurs facteurs non opérationnels. Tout d'abord, l'action était devenue trop chère et la croissance ne pouvait plus justifier une nouvelle hausse des cours. Cette croissance pourrait de plus être affectée par l'essoufflement temporaire du marché automobile chinois, le plus grand au monde. Melexis a également souffert du malaise boursier général de cet été. Et l'action n'a pas pu...

L'action du spécialiste belge des semi-conducteurs pour le secteur automobile (89% du chiffre d'affaires) avait atteint un cours record de plus de 60 EUR en avril, pour retomber à 37 EUR à peine fin août. Le groupe a pourtant continué à aligner d'excellents résultats. La correction s'explique par une combinaison de plusieurs facteurs non opérationnels. Tout d'abord, l'action était devenue trop chère et la croissance ne pouvait plus justifier une nouvelle hausse des cours. Cette croissance pourrait de plus être affectée par l'essoufflement temporaire du marché automobile chinois, le plus grand au monde. Melexis a également souffert du malaise boursier général de cet été. Et l'action n'a pas pu profiter du redressement qui a suivi en raison du " dieselgate ". Melexis affirme ne pas pâtir du scandale, qui selon elle ne devrait pas entraîner une baisse des ventes de voitures neuves. A terme, le groupe y entrevoit même des opportunités supplémentaires parce que la mesure des émissions réelles nécessitera un grand nombre de semi-conducteurs et de capteurs. Melexis a obtenu des résultats conformes aux attentes au cours du 3e trimestre écoulé. Son chiffre d'affaires (CA) a progressé de 17% sur base annuelle, à 101,6 millions EUR, dont 12% sont imputables à la hausse du cours du dollar (USD). Une appréciation du billet vert favorise en effet l'entreprise qui réalise la majeure partie de son CA dans la zone dollar. Sur base trimestrielle, le CA est en très légère baisse, et l'USD a eu un impact négatif de 1%. Le bénéfice brut s'élevait à 47,8 millions EUR (marge de 47%), dont il restait 25 millions EUR en termes nets, soit 0,62 EUR par action. Le marché automobile européen a enregistré sa 25ecroissance mensuelle consécutive en septembre. Au terme des neuf premiers mois de 2015, la croissance s'établit à 8,8% par rapport à la même période il y a un an. Aux Etats-Unis, la croissance se montait à 16% en septembre. La Chine reste pour l'instant en retrait avec une hausse des immatriculations de seulement 3,3% en septembre, la plus faible progression depuis 2012. Mais l'entrée en vigueur, le 1eroctobre, d'un nouveau régime fiscal pour les petites cylindrées (jusque 1,6 litre) devrait améliorer les choses. Pour le 4e trimestre en cours, Melexis table sur une nouvelle légère baisse du bénéfice sur base trimestrielle. La direction a légèrement abaissé ses prévisions de croissance du CA pour l'ensemble de l'exercice. Au lieu de 20 à 25%, elle prévoit désormais un taux de croissance proche de 20%. Le groupe avait enregistré un CA de 332,4 millions EUR l'an dernier. Le résultat de 2015 devrait s'approcher des 400 millions EUR. Les objectifs en matière de rentabilité sont cependant maintenus. Melexis vise toujours une marge brute et une marge opérationnelle de respectivement 47% et 26%. Au terme du 3e trimestre, l'entreprise disposait d'une position de trésorerie nette de 92 millions EUR, soit environ 2 EUR par action. L'an dernier, elle avait versé un dividende brut de 1,3 EUR par action (+ 30%).ConclusionLa forte correction de ces derniers mois a eu raison de la survalorisation par rapport à la moyenne historique. Nous attendons à nouveau une amélioration pour les trimestres à venir, même si le soutien apporté par l'appréciation de l'USD devrait se dissiper peu à peu. Nous observons cependant une marge pour une nouvelle hausse du dividende et nous n'excluons pas une réduction de capital. D'où le relèvement de la note.Conseil: digne d'achatRisque: faibleRating: 1A