Au sein du secteur des semi-conducteurs, le segment des puces pour le secteur automobile connaît une croissance supérieure à la moyenne depuis plusieurs années. Ce succès est d'une part attribuable à une plus grande concentration de semi-conducteurs dans les voitures pour diverses applications dans le domaine du confort, de la sécurité et de la durabilité. D'autre part, le marché automobile connaît une expansion en chiffres absolus depuis quelque temps. Ce fut d'ailleurs encore le cas au premier trimestre. Le marché automobile européen a connu une croissance pour le 7e trimestre consécutif, le nombre de véhicules vendus augmentant de 8,9%. En mars, la hausse ressortait même à 11,1%. Notons que les cinq principaux marc...

Au sein du secteur des semi-conducteurs, le segment des puces pour le secteur automobile connaît une croissance supérieure à la moyenne depuis plusieurs années. Ce succès est d'une part attribuable à une plus grande concentration de semi-conducteurs dans les voitures pour diverses applications dans le domaine du confort, de la sécurité et de la durabilité. D'autre part, le marché automobile connaît une expansion en chiffres absolus depuis quelque temps. Ce fut d'ailleurs encore le cas au premier trimestre. Le marché automobile européen a connu une croissance pour le 7e trimestre consécutif, le nombre de véhicules vendus augmentant de 8,9%. En mars, la hausse ressortait même à 11,1%. Notons que les cinq principaux marchés automobiles européens (Allemagne, France, Royaume-Uni, Espagne et Italie) ont tous connu une croissance. Compte tenu de l'augmentation des ventes, le marché automobile européen fut même plus important que le marché américain, pour la première fois en neuf mois. Aux Etats-Unis, le marché connaît une croissance depuis plus longtemps déjà. L'an dernier, les ventes automobiles ont même atteint le niveau le plus élevé depuis 2003. La Chine est le premier marché automobile mondial depuis quelques années, et ne devrait pas abandonner ce statut de sitôt. Il continue de croître, avec une progression de 12% en mars et de 11,3% au 1er trimestre. Melexis tire près de 90% de son chiffre d'affaires (CA) des semi-conducteurs pour le secteur automobile et tire donc lui aussi profit des tendances structurelles. La société attribue du reste son succès des dernières années aux investissements ciblés qu'elle a réalisés dans la recherche et le développement, qui lui ont permis de grappiller des parts de marché à des concurrents plus grands et plus petits. L'an dernier, Melexis a pu présenter une hausse de son CA de 21% et il est très probable qu'il fasse encore mieux cette année. Le groupe tire bien sûr également profit de la baisse de l'euro (EUR) par rapport au dollar (USD). Sur les trois premiers mois de cette année, le cours de change a eu un effet positif de 5% sur base trimestrielle et même de 10% sur base annuelle. Une forte demande de capteurs a permis de faire croître le CA sur base annuelle d'un quart, à 94,4 millions EUR. Le bénéfice brut a pour sa part progressé de 34%, ce qui a hissé la marge brute au niveau élevé de 50%. La marge opérationnelle a atteint 29,6%. Net, il en est resté 44% de plus qu'un an plus tôt. Melexis a également relevé les prévisions et s'est basé pour cela sur un rapport EUR/USD de 1,1. La direction anticipe désormais une croissance de son CA de 20 à 25% sur base annuelle. Cela signifierait que le cap des 400 millions EUR de CA serait dépassé cette année. Les prévisions de marge bénéficiaire brute (au moins 47%) et de marge bénéficiaire opérationnelle (au moins 26%) nous semblent, compte tenu de l'évolution du 1er trimestre, plutôt prudentes. A la fin du 1er trimestre, Melexis avait une position de trésorerie nette de quelque 39 millions EUR (environ 1 EUR par action). Il a donc la possibilité de relever le dividende. Cet été, nous saurons si ce sera effectivement le cas ou non.ConclusionMelexis a le vent en poupe à tous les niveaux. Vu, par ailleurs, le climat boursier favorable, il n'est pas étonnant que l'action ait enchéri de plus de moitié depuis le début de cette année. Le fait que l'action ait réagi négativement aux très bons résultats trimestriels est un signe que le potentiel est bientôt épuisé. Melexis est en effet de plus en plus cher (C/B de 22) et proche d'un abaissement de conseil.Conseil: conserverRisque: faibleRating: 2A