Melexis est un producteur de semi-conducteurs et de composants de haute technologie surtout utilisés dans l'industrie automobile. Et 2014 a été une très bonne année pour ce secteur. Les ventes mondiales de voitures ont progressé de 3,4% l'an dernier, pour atteindre un niveau record de 81,6 millions de véhicules. En Chine, pour l'heure le plus grand marché automobile, elles ont même augmenté de 10%. Le marché américain s'est lui aussi montré très performant avec une croissance de 6%. Cette évolution est du pain bénit pour Melexis, qui a également pu profiter de la baisse de l'euro (EUR). La période d'octobre à décembre a été un nouveau trimestre record pour l'entreprise, avec un chiffre d'affaires (CA) de 88,1 ...

Melexis est un producteur de semi-conducteurs et de composants de haute technologie surtout utilisés dans l'industrie automobile. Et 2014 a été une très bonne année pour ce secteur. Les ventes mondiales de voitures ont progressé de 3,4% l'an dernier, pour atteindre un niveau record de 81,6 millions de véhicules. En Chine, pour l'heure le plus grand marché automobile, elles ont même augmenté de 10%. Le marché américain s'est lui aussi montré très performant avec une croissance de 6%. Cette évolution est du pain bénit pour Melexis, qui a également pu profiter de la baisse de l'euro (EUR). La période d'octobre à décembre a été un nouveau trimestre record pour l'entreprise, avec un chiffre d'affaires (CA) de 88,1 millions EUR, en hausse de 17% sur base annuelle et de 2% par rapport au 3e trimestre. La dépréciation de l'EUR a engendré un surcroît de croissance de 3%. Le rapport de change EUR/USD a eu un impact légèrement négatif sur l'ensemble de l'exercice, mais cela n'a pas empêché le CA de gagner 21%, à 332,4 millions EUR. Melexis avait pronostiqué une croissance de 17 à 20%. Le segment des capteurs fait office de locomotive avec des ventes élevées à la fois pour les capteurs de pression, les capteurs magnétiques et les capteurs de température. Les interfaces qui convertissent les signaux analogiques des capteurs en signaux numériques se sont également écoulées comme des petits pains. L'industrie automobile a pris à son compte 89% du CA du trimestre. Sur l'ensemble de l'exercice, sa part atteint 88%. Malgré une hausse de 22% sur base annuelle à près de 22 millions EUR, le bénéfice opérationnel (EBIT) ne représentait toujours qu'une marge de 25%, légèrement en deçà des attentes. Mais il faut surtout y voir la conséquence d'une dépréciation de 2,3 millions EUR sur la valeur de deux bâtiments. En outre, les dépenses de recherche et développement, les frais généraux et les frais de vente ont été légèrement supérieurs aux prévisions. Les stocks ont également augmenté de 44,3 à 56,4 millions EUR sur base annuelle. Mais ces observations n'enlèvent rien aux excellentes performances de Melexis. Sur l'année 2014, l'EBIT a progressé de 40% à 89,2 millions EUR, ce qui représente une marge de 26,8%. Notamment sous l'effet de rachats d'actions propres, le bénéfice par action a progressé de 28% à 0,5 EUR au 4e trimestre. Sur base annuelle, le bénéfice net de Melexis s'établit à 85 millions EUR ou 2,1 EUR par action, en hausse de 53%. L'évolution du cours de change EUR/USD aura à nouveau un impact important sur le CA et la marge d'EBIT cette année. Ainsi, Melexis table sur une croissance du CA comprise entre 8% et 14% et une marge d'EBIT d'au moins 25% pour 2015 si le cours EUR/USD reste au même niveau que l'an dernier. Au niveau actuel d'environ 1,15, la croissance atteindra 18 à 24% et la marge d'EBIT gagnera au moins 1%. La position de trésorerie s'établit à 59,61 millions EUR, alors que la dette à long terme atteint 15,93 millions EUR. Melexis dispose donc de marges suffisantes pour relever son dividende. Un dividende intermédiaire de 1 EUR brut par action a d'ailleurs été versé en octobre. ConclusionMelexis est passée à la vitesse supérieure, et l'année 2015 est tout aussi prometteuse. Cependant, l'action a déjà gagné 25% depuis le début de cette année, ce qui porte le rendement sur 12 mois à plus de 75%. Le rapport cours/bénéfice atteint ainsi 19, ce qui est plutôt élevé dans une perspective historique. Malgré les performances de l'entreprise, le potentiel haussier de l'action est désormais réduit.Conseil: conserverRisque: faibleRating: 2A