Malgré la hausse des coûts, le manque de capacités de production et les pénuries de composants, Melexis signe un excellent trimestre: le chiffre d'affaires (CA) et la rentabilité sont supérieurs aux attentes et la direction a relevé ses prévisions pour 2022. Et pourtant, l'industrie automobile est mal en point: les ventes ont chuté de 14,2% aux Etats-Unis et de 10,6% en Europe, du fait surtout du manque de semi-conducteurs et de composants. En Chine, le plus grand marché automobile du monde, 2022 avait bien commencé, avant que le pays n'impose des confinements; les ventes du trimestre y sont donc restées stables par rapport à l'an passé. Dans ce contexte d'incertitudes, émettre des projections est naturellement un exercice difficile.
...

Malgré la hausse des coûts, le manque de capacités de production et les pénuries de composants, Melexis signe un excellent trimestre: le chiffre d'affaires (CA) et la rentabilité sont supérieurs aux attentes et la direction a relevé ses prévisions pour 2022. Et pourtant, l'industrie automobile est mal en point: les ventes ont chuté de 14,2% aux Etats-Unis et de 10,6% en Europe, du fait surtout du manque de semi-conducteurs et de composants. En Chine, le plus grand marché automobile du monde, 2022 avait bien commencé, avant que le pays n'impose des confinements; les ventes du trimestre y sont donc restées stables par rapport à l'an passé. Dans ce contexte d'incertitudes, émettre des projections est naturellement un exercice difficile. En 2021, Melexis a livré 1,7 milliard de semi-conducteurs, principalement des capteurs des lignes Sense & Drive et Sense & Light. Le nombre moyen de semi-conducteurs par voiture est passé de 13 à 18 en un an. Le CA de Melexis a progressé de 18% au premier trimestre, à 184,1 millions d'euros (consensus: 180,5 millions), grâce à des ventes plus nombreuses, à l'effet de change et aux hausses des prix. La marge brute s'est établie à 45,2% (42% un an plus tôt). Le bénéfice d'exploitation (Ebit) a augmenté de 44%, à près de 50 millions d'euros (marge: 27,1%), soit 8 millions d'euros de plus que le consensus. Le bénéfice net, à 48,6 millions d'euros (1,2 euro par action), dépasse de 75% celui de l'année précédente. Pour le trimestre en cours, Melexis vise un CA de 200 millions d'euros (184 millions attendus), soit une croissance de 26% sur un an. Pour l'exercice, celle-ci devrait désormais être comprise entre 18 et 23% (entre 12 et 17% auparavant); si elle atteint le point médian de cette fourchette, le CA s'établira à 776 millions d'euros, un nouveau record. Mais c'est davantage sur le plan de la rentabilité que les prévisions impressionnent: au vu surtout du potentiel de l'électrification du parc automobile, Melexis s'attend à une marge brute de 45% (42% initialement) et à une marge d'exploitation (Ebit/CA) de 25% (23% au départ). En 2021, 20% de toutes les nouvelles voitures vendues étaient équipées d'une forme d'électrification (hybride légère, hybride normale, hybride rechargeable ou entièrement électrique); en 2026, ce sera 53%. Notons que Melexis a établi ces nouvelles projections sur la base d'un euro à 1,09 dollar; la dépréciation de la monnaie américaine lui est favorable. Or, le cours de change est retombé sous 1,05, son plus bas niveau depuis plus de 5 ans. Melexis a généré un flux de trésorerie disponible de 24 millions d'euros au premier trimestre, contre 22 millions un an plus tôt. Sa trésorerie nette atteignait fin mars 57,8 millions d'euros (35 millions fin décembre). Ses stocks valent 158,3 millions d'euros, contre 144,5 millions fin 2021 et 123,8 millions fin mars 2021. Pour l'exercice 2021, le dividende se monte à 2,6 euros (soit 18% de plus que pour 2020); le solde de 1,3 euro sera versé le 11 mai. Melexis ne pouvait guère imaginer meilleur début d'année. Pourtant, l'action a déjà perdu près de 25% depuis début janvier et encore plus depuis son pic de novembre. Bien que le bénéfice prévisionnel ait été relevé, Melexis n'est plus survalorisée pour la première fois depuis longtemps, à quatre fois le CA et 20 fois le bénéfice attendus en 2022. Le cours actuel est acceptable pour une action de cette qualité. En outre, le dividende est attrayant. C'est pourquoi nous recommandons d'acheter.Conseil: acheterRisque: faibleRating: 1ACours: 80,65 eurosTicker: MELE BBCode ISIN: BE0165385973Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 3,2 milliards EURC/B 2021: 24,5C/B attendu 2022: 20Perf. cours sur 12 mois: -6%Perf. cours depuis le 01/01: -22%Rendement du dividende: 3,2%