La veille de la publication des résultats trimestriels de Melexis, le rapport de sa société soeur X-Fab n'incitait déjà pas à l'optimisme. Le segment automobile de cette entreprise de semi-conducteurs, dont Melexis est le principal client, a vu son chiffre d'affaires (CA) se replier de 20%. Les trimestriels de Melexis aussi ont confirmé que les stocks continuent de baisser. En glissement annuel, le CA de l'entreprise accuse une baisse de 15%, à 120 millions d'euros. Mais par rapport au premier trimestre, le CA est en légère progression (3%), conformément aux prévisions. Il n'empêche qu'il s'agissait de la deuxième baisse trimestrielle d'affilée, ce qui est plutôt exceptionnel pour Melexis.
...

La veille de la publication des résultats trimestriels de Melexis, le rapport de sa société soeur X-Fab n'incitait déjà pas à l'optimisme. Le segment automobile de cette entreprise de semi-conducteurs, dont Melexis est le principal client, a vu son chiffre d'affaires (CA) se replier de 20%. Les trimestriels de Melexis aussi ont confirmé que les stocks continuent de baisser. En glissement annuel, le CA de l'entreprise accuse une baisse de 15%, à 120 millions d'euros. Mais par rapport au premier trimestre, le CA est en légère progression (3%), conformément aux prévisions. Il n'empêche qu'il s'agissait de la deuxième baisse trimestrielle d'affilée, ce qui est plutôt exceptionnel pour Melexis. Au terme du premier semestre, le CA affiche une baisse de 16% en glissement annuel. C'est notamment en raison des nombreuses incertitudes sur les plans économique et géopolitique que les clients du groupe sont moins enclins à passer commande. Au lendemain de la publication du rapport trimestriel de Melexis, son concurrent Infineon, qui avait déjà revu à la baisse ses projections pour 2019, affirmait ne pas s'attendre à un redressement du marché des semi-conducteurs avant 2020, le marché automobile chinois n'ayant pas encore renoué avec la croissance. Melexis pronostique un recul de son CA sur l'ensemble de l'exercice. Il s'agirait de la première baisse de son CA en glissement annuel depuis 2009. Outre le CA, la rentabilité de l'entreprise s'est dégradée. Le bénéfice brut a baissé de près d'un quart, à 49,8 millions d'euros. Grâce à une meilleure maîtrise de ses coûts, Melexis a limité le repli de la marge brute (41,4%, contre 46,4% l'année précédente). A 15,4%, la marge bénéficiaire (Ebit) s'est cependant révélée inférieure au consensus (17%). Le bénéfice net est passé à 15,6 millions d'euros, ou 0,39 euro par action, contre encore 0,7 euro un an plus tôt. A l'issue du premier semestre, le CA avait baissé de 16% par rapport à la même période de l'an dernier. Il n'en est pas allé autrement pour la marge brute (40,8%), la marge d'Ebit (14,4%) et le bénéfice net (0,79 euro par action). Pour le trimestre courant, Melexis prévoit un CA et un bénéfice en ligne avec ceux publiés au terme du deuxième trimestre: un CA compris entre 117 et 123 millions d'euros, une marge brute de 41% et une marge d'Ebit de 15%. Heureusement pour l'entreprise, le nombre de semi-conducteurs par voiture augmente: il est passé de 8 voici deux ans à 11 aujourd'hui, en moyenne. Qui plus est, l'entrée en vigueur prochaine de nouvelles normes d'émission en Inde et en Chine devrait lui être favorable. En glissement trimestriel, Melexis a vu sa trésorerie passer de 39,5 à 31,3 millions d'euros, pour une dette à long terme de 62 millions. Au deuxième trimestre, la valeur des stocks a encore augmenté, à 129 millions d'euros, contre 120,5 millions d'euros fin 2018. Melexis distribuera fin octobre un acompte sur dividende de 1,3 euro par action. Le marché ne sachant pas comment réagir aux résultats trimestriels, le cours de Melexis est parti dans tous les sens. Une faible visibilité est généralement sanctionnée en Bourse, mais la valorisation de Melexis demeure toujours très élevée - les investisseurs peinent souvent à se défaire d'une action qui a longtemps été l'une de leurs coqueluches. Indépendamment de la belle position qu'occupe l'entreprise sur son marché et de sa santé financière, nous pensons que d'autres occasions de s'engager, plus favorables encore, vont se présenter. Nous suivrons l'action de près. Conseil: conserver/attendreRisque: moyenRating: 2BCours: 55,8 eurosTicker: MELE BBCode ISIN: BE0165385973Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 2,25 milliards EURC/B 2018: 26C/B attendu 2019: 33Perf. cours sur 12 mois: -25%Perf. cours depuis le 01/01: +9%Rendement du dividende: 3,9%