Melexis avait enregistré une année 2016 record. La direction de l'entreprise avait évoqué une croissance du chiffre d'affaires (CA) de 11 à 15% pour l'exercice courant, contre 14% l'an dernier. Le cap des 500 millions d'euros de CA devait ainsi être franchi. Et elle a confirmé ses prévisions au terme du premier trimestre. Prudente depuis toujours, la direction de Melexis fixe ses objectifs sur la base de la valeur du carnet de commandes, en hausse constante. L'entreprise est loin d'être le leader dans le segment des semi-conducteurs pour l'industrie automobile. Cet honneur est réservé à des mastodontes comme ST Microelectronics, Infineon et depuis peu Qualcomm, qui a acquis NXP. En revanche, Melexis est très bien positionnée sur le marché des capteurs, un segment qui en...

Melexis avait enregistré une année 2016 record. La direction de l'entreprise avait évoqué une croissance du chiffre d'affaires (CA) de 11 à 15% pour l'exercice courant, contre 14% l'an dernier. Le cap des 500 millions d'euros de CA devait ainsi être franchi. Et elle a confirmé ses prévisions au terme du premier trimestre. Prudente depuis toujours, la direction de Melexis fixe ses objectifs sur la base de la valeur du carnet de commandes, en hausse constante. L'entreprise est loin d'être le leader dans le segment des semi-conducteurs pour l'industrie automobile. Cet honneur est réservé à des mastodontes comme ST Microelectronics, Infineon et depuis peu Qualcomm, qui a acquis NXP. En revanche, Melexis est très bien positionnée sur le marché des capteurs, un segment qui enregistre une croissance plus rapide que la moyenne du secteur. Il faut savoir que chaque voiture embarque en moyenne huit capteurs fabriqués par cette entreprise. Malgré une contribution positive des écarts de change de 2%, le CA de Melexis - à 123,6 millions d'euros, en hausse de 13% sur une base annuelle - s'est établi légèrement en deçà des prévisions moyennes des analystes (125 millions d'euros). Le bénéfice brut (56,6 millions d'euros) a toutefois enregistré une croissance annuelle plus rapide que le CA (+15%). La marge bénéficiaire brute de 45,8% était ainsi légèrement supérieure aux attentes. Tout comme le bénéfice opérationnel (EBIT), qui, avec une ascension de 14%, à 31,5 millions d'euros, correspond à une marge d'EBIT de 25%. Le bénéfice net s'établit ainsi à 25,4 millions d'euros entre janvier et mars, soit 0,63 euro par action. C'est 11% de plus qu'il y a un an. Sur l'ensemble de l'exercice, les analystes prévoient un bénéfice net de 2,75 euros par action. Le marché automobile mondial avait enregistré des ventes record l'an dernier. Le cru 2017 est lui aussi prometteur, même si on note un léger ralentissement sur les deux marchés principaux (Chine et États-Unis). Sur le marché automobile chinois, le plus grand du monde, la croissance était ressortie à 16% en 2016, la plus forte en trois ans. Pour cette année, l'Association of Automobile Manufacturers chinoise table sur une progression de 5%. L'an dernier, avec 17,6 millions de véhicules vendus, les États-Unis avaient également battu leur propre record. Ce deuxième marché automobile mondial devrait, selon les prévisions moyennes des analystes, en vendre 17 millions cette année. Avec une croissance de 8,4% au premier trimestre, le marché automobile européen reste très performant. Mais c'est surtout l'évolution du nombre de semi-conducteurs (capteurs inclus) qui importe à Melexis. Et ce paramètre évolue toujours favorablement sous l'effet de plusieurs tendances globales comme la sécurité, l'environnement et le confort. À terme, l'entreprise profitera également de la croissance du segment des véhicules autonomes. Melexis avait 92 millions d'euros en caisse à la fin du premier trimestre. Sa dette à long terme s'élevait à 11,1 millions d'euros. Le dividende de clôture de 0,7 euro par action a été distribué le 25avril - le dividende intérimaire s'était élevé à 1,3 euro. L'entreprise a enregistré une performance conforme aux attentes, mais il lui sera de plus en plus difficile de surprendre positivement. Le ralentissement de la reprise des ventes de véhicules n'a pour l'heure aucun effet sur Melexis, qui reste une valeur de croissance stable. Après le relèvement du dividende, le rendement de l'action s'établit à 1,8% net. La croissance attendue et la valorisation laissent toutefois peu de marge pour que le cours de Melexis augmente considérablement. Conseil : conserver/attendreRisque : moyenRating : 2BDevise : euro (EUR)Marché : Euronext BruxellesCapit. boursière : 3,1 milliards EURC/B 2016 : 32C/B attendu 2017 : 28Perf. cours sur 12 mois : +73 %Perf. cours depuis le 01/01 : +23 %Rendement du dividende : 2,5 %