Après avoir présenté sa mise à jour pour le troisième trimestre, le spécialiste belge du diagnostic avait abaissé ses prévisions de croissance du chiffre d'affaires (CA) pour 2017, de +55 à +75%, à +45 à +55%. Cela dit, même s'il s'était situé dans le bas de cette nouvelle fourchette, le CA du quatrième trimestre se serait établi à un niveau très enviable de plus de 18 millions de dollars, contre 7,95 millions en 2016 et 18,2 millions après neuf mois (si l'on excepte le montant non récurrent de 12,1 millions versé par Exact Sciences). Mais cet objectif était vraisemblablement trop ambitieux, puisque la direction du groupe l'a réajusté fin décembre, à une fourchette de +10 à +20%. Et en fin de compte, le CA lié au test de dépistage du cancer de la prostate a augmenté de 13%, passant de 24,9 à 28,2 ...

Après avoir présenté sa mise à jour pour le troisième trimestre, le spécialiste belge du diagnostic avait abaissé ses prévisions de croissance du chiffre d'affaires (CA) pour 2017, de +55 à +75%, à +45 à +55%. Cela dit, même s'il s'était situé dans le bas de cette nouvelle fourchette, le CA du quatrième trimestre se serait établi à un niveau très enviable de plus de 18 millions de dollars, contre 7,95 millions en 2016 et 18,2 millions après neuf mois (si l'on excepte le montant non récurrent de 12,1 millions versé par Exact Sciences). Mais cet objectif était vraisemblablement trop ambitieux, puisque la direction du groupe l'a réajusté fin décembre, à une fourchette de +10 à +20%. Et en fin de compte, le CA lié au test de dépistage du cancer de la prostate a augmenté de 13%, passant de 24,9 à 28,2 millions de dollars (+3% après neuf mois). Si l'on inclut le paiement d'Exact Sciences, le CA a progressé de 35%, à 40,5 millions de dollars. Au quatrième trimestre, il a progressé de 26%, pour atteindre 10 millions de dollars. Concernant ConfirmMDx, la direction a pointé du doigt deux problèmes importants au quatrième trimestre: la conclusion, plus tard que prévu, d'une transaction cruciale avec Kaiser Permanente, et des volumes de tests nettement plus faibles qu'attendu, tel que ressorti d'une étude menée en vue du remboursement par Medicare, l'assurance-maladie publique. Mais une partie des volumes sera comptabilisée en 2018. Le nombre de tests ConfirmMDx vendus a augmenté au quatrième trimestre de 14%, à 6.400; c'est un premier effet positif du renforcement, l'été dernier, de l'équipe commerciale aux Etats-Unis, passée de 33 à 50 personnes. En base annuelle, tant la hausse du nombre de tests vendus, de 4,9%, à 21.400unités, que la croissance du CA, de 5%, à 25,7 millions de dollars, sont décevantes. Si l'entreprise a étoffé l'équipe commerciale fin 2017, c'est en vue de conclure des contrats avec les plus grands centres urologiques: elle a engagé huit account managers parce qu'elle a conclu huit contrats avec des groupements d'hôpitaux - Kaiser Permanente et l'US Government Services Administration (pour les anciens combattants). Le nombre de tests SelectMDx (test urinaire de dépistage du cancer de la prostate) vendus est passé de 4.000 à 11.700 unités, dont 3.100 (contre 800 en 2016) en Europe. Le CA s'est hissé à 1,8 million de dollars (+257%, soit une contribution de 9% au CA total). Au niveau du groupe, l'expansion de l'équipe a gonflé les charges, de 9,9 millions de dollars à 42,6 millions (50 millions attendus en 2018), ce qui a limité la baisse du cash-flow d'exploitation négatif (Ebitda), de 11,1 à 10,4 millions. La perte nette s'est allégée de 13,2 à 12,3 millions. Cette année, l'entreprise tentera d'obtenir la couverture Medicare pour SelectMDx, ainsi que son intégration dans d'importantes directives. En outre, MDxHealth espère pouvoir suivre un nombre croissant de patients atteints du cancer de la prostate, et à terme, l'entreprise ambitionne de dépister davantage de patients ayant un taux de PSA peu élevé; l'ampleur de son marché s'en voit quadruplé. Pour 2018, la direction fait preuve de prudence en pronostiquant une hausse des ventes de ses tests comparable à celle de 2017 (+13%).Nous étions trop optimistes, en estimant fin 2017 que le flux de trésorerie de MDxHealth serait structurellement positif au cours du second semestre de 2018. Ce ne devrait être le cas qu'en 2020. Compte tenu de la trésorerie de 16,8 millions de dollars dont l'entreprise disposait fin 2017, il est clair qu'un financement supplémentaire sera nécessaire. L'entreprise devra démontrer au cours des prochains mois que son modèle de ventes indépendant est générateur d'un maximum de valeur pour l'actionnaire. Conseil : acheterRisque : élevéRating : 1CCours : 3,43 eurosTicker : MDXH BBCode ISIN : BE0003844611 Marché : Euronext BruxellesCapit. boursière : 171 millions EURC/B 2017 : -C/B attendu 2018 : -Perf. cours sur 12 mois : -35 %Perf. cours depuis le 01/01 : +7 %Rendement du dividende : -