Le premier semestre de 2019 n'a pas été faste pour le petit groupe minier de Robert McEwen, son fondateur, directeur (CEO) et actionnaire principal. Qui n'a d'ailleurs aucune peine à le reconnaître. Son seul motif de satisfaction est l'amélioration constatée en glissement trimestriel, mais il s'empresse d'ajouter: "Nous ne sommes clairement pas là où nous devrions être. Nous escomptons une augmentation de la production et une baisse des coûts au deuxième semestre". Robert McEwen a déjà investi 164 millions de dollars dans son projet, dont il détient 22% des actions. Âgé de 66 ans, c'est une légende vivante dans le secteur de l'or depuis qu'il a porté la capitalisation boursière de Goldcorp - qu'il a fondée en 1993 - de 50 millions à 8 milliards de dollars en une décennie et demie. Autre caractéristique de cette légende de l'industrie minière: il se contente d'un sa...

Le premier semestre de 2019 n'a pas été faste pour le petit groupe minier de Robert McEwen, son fondateur, directeur (CEO) et actionnaire principal. Qui n'a d'ailleurs aucune peine à le reconnaître. Son seul motif de satisfaction est l'amélioration constatée en glissement trimestriel, mais il s'empresse d'ajouter: "Nous ne sommes clairement pas là où nous devrions être. Nous escomptons une augmentation de la production et une baisse des coûts au deuxième semestre". Robert McEwen a déjà investi 164 millions de dollars dans son projet, dont il détient 22% des actions. Âgé de 66 ans, c'est une légende vivante dans le secteur de l'or depuis qu'il a porté la capitalisation boursière de Goldcorp - qu'il a fondée en 1993 - de 50 millions à 8 milliards de dollars en une décennie et demie. Autre caractéristique de cette légende de l'industrie minière: il se contente d'un salaire annuel d'un dollar et ne veut ni bonus, ni option. Il refuse également tout contrat de royalties ou de streaming. Selon sa philosophie, l'intégralité du potentiel haussier doit revenir aux actionnaires - au premier rang desquels Robert McEwen lui-même. Malgré ce statut de légende, il n'a pas été épargné par les critiques au premier semestre. Notamment pour avoir opéré une augmentation de capital privée (uniquement accessible à quelques privilégiés) de 25 millions de dollars après un avertissement sur chiffre d'affaires (CA) et bénéfices pour le premier trimestre qui a lourdement pesé sur le cours de l'action. Une opération qui n'a clairement pas été du goût du marché. McEwen Mining compte quatre mines en exploitation (El Gallo, San José, Black Fox et Gold Bar, démarrée récemment), un projet en développement (Lexam VG Gold, à proximité de Black Fox) et une opportunité dans le cuivre (Los Azules). L'exercice, qui devait être marqué par une nette augmentation de la production, a commencé sur une fausse note avec un recul de la production du groupe de 18% au cours des trois premiers mois. Une amélioration s'est certes dessinée au deuxième trimestre, notamment avec le démarrage différé de la mine Gold Bar début juin, mais la production s'est finalement établie à 82.200 onces d'équivalent or, contre 91.500 onces au cours des six premiers mois de 2018 (-10,3%). Le complexe minier racheté de Black Fox a vu sa production d'or baisser de 26.100 à 18.400 onces au premier semestre. Résultat: la perte nette a plus que doublé, passant de -10,6 à -23, 2 millions de dollars, soit de -0,03 à moins -0,07 dollar par action, un résultat inférieur consensus. Le groupe doit donc amorcer un mouvement de rattrapage au deuxième semestre, mais il est d'ores et déjà acquis que les objectifs initiaux ne seront pas atteints. Avec le projet Fenix, le groupe oeuvre à une prolongation de la durée de vie de la mine d'or El Gallo, au Mexique, dont la production toucherait peu à peu à sa fin sans intervention. Les prévisions de 16.000 onces pour 2019 ne correspondent qu'au tiers de la production de l'an dernier. Il faudra donc compenser la forte baisse de la production à El Gallo par le complexe minier Black Fox, au Canada, avec une production annuelle attendue en 2019 proche de 45.000 onces (prévisions initiales: 50.000 onces). On peut encore y ajouter la production du projet Gold Bar. En raison de son démarrage tardif, les objectifs de production pour cette année ont été ramenés de 55.000 onces initialement à 40.200 onces. De ce fait, les prévisions annuelles au niveau du groupe ont été également réduites, de 210.000 onces initialement à 195.000 onces. Décevant, mais supérieur aux 155.000 onces de l'an dernier. L'objectif reste d'atteindre les 250.000 onces d'équivalent or pour 2021, soit une hausse de près de 50% par rapport à 2018.Nous avons profité à plusieurs reprises de la faiblesse de l'action pour renforcer notre position, de sorte que le rendement moyen reste raisonnable. Mais nous avons surtout choisi l'action en raison de son levier très important sur l'évolution du cours de l'or (bêta proche de 3), et elle pourrait briller au cours des six à douze prochains mois si le métal précieux poursuit son redressement. Conseil: acheterRisque : élevéRating: 1CCours: 1,94 dollarTicker : MUX USCode ISIN: US58039P1075Marché: NYSECapit. boursière: 702 millions USDC/B 2018: -C/B attendu 2019: -Perf. cours sur 12 mois: -9%Perf. cours depuis le 01/01: +7%Rendement du dividende: -