Au terme du trimestre précédent, le cours de LVMH avait reculé malgré l'annonce de résultats impressionnants. Les analystes et investisseurs étaient inquiets, voire pessimistes, à l'égard du secteur. Les frictions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine, et le recul sensible des places boursières chinoises qui en a résulté, avaient éveillé la crainte que le consommateur chinois nanti réduise ses dépenses. Or, c'est lui qui tient à bout de bras le secteur du luxe. Cette fois pourtant, les résultats autant que les perspectives ont rassuré le marché.
...

Au terme du trimestre précédent, le cours de LVMH avait reculé malgré l'annonce de résultats impressionnants. Les analystes et investisseurs étaient inquiets, voire pessimistes, à l'égard du secteur. Les frictions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine, et le recul sensible des places boursières chinoises qui en a résulté, avaient éveillé la crainte que le consommateur chinois nanti réduise ses dépenses. Or, c'est lui qui tient à bout de bras le secteur du luxe. Cette fois pourtant, les résultats autant que les perspectives ont rassuré le marché. La croissance du chiffre d'affaires (CA) pour l'exercice 2018 ressort à 10% (hausse de 42,63 à 46,83 milliards d'euros), après avoir atteint 9% au quatrième trimestre alors que le consensus tablait sur +8,7%. La croissance organique (hors acquisitions et désinvestissements) fut plus soutenue encore, à 11%. En 2015, nous écrivions que nous espérions un CA de 50 milliards d'euros en 2020 (sur la base du CA de 20 milliards réalisé en 2010). Le consensus semble s'attendre à un tel CA dès cette année. C'est parfaitement réaliste. L'évolution du bénéfice demeure par ailleurs impressionnante, en dépit du ralentissement observé au second semestre. Sur les six premiers mois, le bénéfice opérationnel (Ebit) a sensiblement augmenté: +28%, à 4,65 milliards d'euros. Sur l'ensemble de l'exercice, la croissance du bénéfice s'est aplanie, à un niveau somme toute très satisfaisant de 21% (Ebit passé de 8,29 à 10 milliards d'euros). Le bénéfice net a, lui, bondi de 18% (de 5,36 à 6,35 milliards d'euros). Et, cerise sur le gâteau, les actionnaires ne sont pas en reste: le dividende sera relevé de 20%. Les analystes et investisseurs accordent beaucoup d'importance à la division Mode et maroquinerie, la plus vaste et la plus rentable du groupe. Une fois de plus, elle ne les a pas déçus, avec une croissance organique de 15%. En 2018, elle a pris à son compte 39,4% du CA et 59% du bénéfice opérationnel récurrent (Rebit) du groupe, grâce à une hausse du bénéfice de 21%, à 5,94 milliards d'euros. Très rentable également, la division Vins et Spiritueux a affiché une croissance organique de 5% (+7% au premier semestre); la hausse des ventes de cognac Hennessy aux Etats-Unis et en Chine est remarquable. La division Distribution sélective a vu son CA se hisser de 3% à peine, en raison de l'arrêt de la concession de l'aéroport de Hong Kong, mais la croissance organique atteindre 12%. Quant aux divisions Montres et joaillerie et Parfums et cosmétiques, elles ont surpassé la moyenne du groupe avec une croissance organique de 12 et 14% respectivement. Les résultats de l'exercice 2018 ont prouvé que LVMH est un groupe de luxe de qualité supérieure. Ce n'est certes pas la première fois que le marché en a la confirmation, mais cette fois, l'amélioration de la demande en provenance de Chine, observée au cours de ce début d'exercice 2019, l'a rassuré. A 20 fois le bénéfice escompté pour cette année et un rapport valeur d'entreprise (EV)/cash-flow opérationnel (Ebitda) attendu de 11, la valorisation du géant français du secteur du luxe est devenue plus acceptable. Pas assez encore pour que nous recommandions d'acheter le titre, mais nous ne manquerons pas de passer le mot, le cas échéant. Conseil : conserver/attendreRisque : faibleRating : 2ACours : 275,25 eurosTicker : MC FPCode ISIN : FR0000121014Marché : Euronext ParisCapit. boursière : 139,1 milliards EURC/B 2018 : 21,5C/B attendu 2019 : 20Perf. cours sur 12 mois : +12%Perf. cours depuis le 01/01/19 : + 7%Rendement du dividende : 2,0%