Comme le savent ses fidèles lecteurs, l'Initié suit de près le parcours de Ross Beaty, sans doute l'un des investisseurs en matières premières les plus prospères de ces dernières décennies. Le Canadien a fondé en 1994 Pan American Silver, dont il a fait un producteur d'argent de premier plan. Son plus grand fait d'armes est probablement l'achat, pour une bouchée de pain, en 2002 et 2003, de dix projets de cuivre qu'il a ensuite revendus en empochant des bénéfices gigantesques. Avec Equinox Gold, Beaty fait actuellement tout pour redorer son blason terni après l'acquisition, en 2017, d'Anfield Nickel à des conditions léonines (gain de plus de 1,6 milliard de dollars, contre 290 millions investis). Un projet acquis en 2004, mais dont on ne parle que d...

Comme le savent ses fidèles lecteurs, l'Initié suit de près le parcours de Ross Beaty, sans doute l'un des investisseurs en matières premières les plus prospères de ces dernières décennies. Le Canadien a fondé en 1994 Pan American Silver, dont il a fait un producteur d'argent de premier plan. Son plus grand fait d'armes est probablement l'achat, pour une bouchée de pain, en 2002 et 2003, de dix projets de cuivre qu'il a ensuite revendus en empochant des bénéfices gigantesques. Avec Equinox Gold, Beaty fait actuellement tout pour redorer son blason terni après l'acquisition, en 2017, d'Anfield Nickel à des conditions léonines (gain de plus de 1,6 milliard de dollars, contre 290 millions investis). Un projet acquis en 2004, mais dont on ne parle que depuis peu, est Cangrejos (or et cuivre), en Equateur, dont le développement a été entamé en 2014. Depuis que plusieurs projets d'exploration en phase précoce ont été versés dans Luminex Resources, en août 2018, Cangrejos est le seul actif de Lumina Gold. Selon l'estimation économique préliminaire de juin 2018, il promet une production annuelle moyenne de 373.000 onces troy d'or, sur une durée de vie de 16 ans.A 0,73 gramme par tonne d'équivalent or en moyenne, la teneur en minerai y est très correcte. Les ressources estimées (c'est-à-dire hors réserves prouvées) s'élevant à 8,8 millions d'onces troy d'or, Cangrejos est l'un des 15 plus grands projets aurifères non encore développés au monde, le cinquième en importance n'appartenant pas à une grande compagnie minière. Les coûts de production s'élèvent à 569 dollars l'once troy à peine, revenus de la production de cuivre inclus. La mise en place de la première phase de production, d'une durée de cinq ans, coûtera 831 millions de dollars. Fruta Del Norte et Mirador, initiés, en Equateur également, en 2019, auront un coût équivalent. L'Equateur, qui fait ses premiers pas dans le secteur minier, s'efforce d'attirer les investissements au travers de mesures fiscales; des groupes comme BHP, Anglo American, Lundin Gold, Fortescue ou Codelco y sont d'ores et déjà actifs. Congrajes a fait un bond en avant en 2018 avec la découverte de Gran Bestia, autre zone à forte concentration de minerai. A l'issue d'un programme de forage intensif, les ressources estimées viennent d'être portées à 16,7 millions d'onces troy d'or. La direction présentera, d'ici au deuxième trimestre, une nouvelle estimation calculée sur la base de son plan minier révisé, à quoi succédera en principe en 2021 une étude de faisabilité préliminaire. Le projet bénéficie d'un bon accès à l'électricité, à l'eau et aux infrastructures routières et portuaires; le village le plus proche, situé à 7 km, le soutient, ce qui diminue le risque de troubles sociaux. Lumina Gold a levé 9 millions de dollars canadiens de plus en décembre, cependant que Ross Beaty portait sa position à 19,9%. Avec lui, la direction et plusieurs grands investisseurs, les actionnaires de référence détiennent 45% des titres. Nous entamons le suivi de Lumina Gold par un conseil d'achat. Le groupe ne cache pas son intention de vendre, à terme, Cangrejos à une grande compagnie minière. Comme il est localisé en Equateur, sa valorisation est nettement inférieure à celle de projets comparables. Compte tenu du flair de Ross Beaty, de l'expertise de la direction et de l'état d'avancement du projet, nous pensons à une vente dans les 12 à 24 mois. Le risque est supérieur à la moyenne et le titre ne mérite sa place que dans un portefeuille vaste et diversifié. Conseil: acheterRisque: élevéRating: 1CCours: 0,64 dollar canadienTicker: LUM CNCode ISIN: CA55026L3056Marché: TorontoCapit. boursière: 212 millions CADC/B 2018: -C/B attendu 2019: -Perf. cours sur 12 mois: +21%Perf. cours depuis le 01/01: Rendement du dividende: -