Le chiffre d'affaires (CA) du biscuitier a en effet bondi de 42 millions (+13%), à 365,2 millions d'euros, au 1er semestre; à titre de comparaison, la hausse avait été de 50,6 millions d'euros (+8,3%) sur l'ensemble de l'exercice 2020.
...

Le chiffre d'affaires (CA) du biscuitier a en effet bondi de 42 millions (+13%), à 365,2 millions d'euros, au 1er semestre; à titre de comparaison, la hausse avait été de 50,6 millions d'euros (+8,3%) sur l'ensemble de l'exercice 2020.Le premier moteur de la croissance, et non des moindres, de l'entreprise de Lembeke (Flandre orientale), est la poursuite de la mondialisation du Lotus Biscoff, dont le CA s'est envolé de 20% et qui signe une croissance d'au moins 10% dans 22 pays. Consommé du Canada à l'Allemagne en passant par la Chine et l'Australie, Lotus Biscoff devient une des plus grandes marques de biscuits au monde, et se décline de surcroît en un nombre sans cesse plus important de concepts. Au biscuit était venu s'ajouter, il y a plusieurs années déjà, le speculoos à tartiner, dont le succès international en fait, tout comme la crème glacée d'ailleurs, un pilier de la croissance du groupe. La gamme a récemment accueilli le Lotus Biscoff Sandwich Cookie (concurrent de l'Oreo) et le Lotus Biscoff Chocolat, dont le succès est tel que la direction espère qu'ils apporteront, à terme, une contribution significative au CA. Le deuxième moteur de la croissance est le déploiement du segment en-cas sains (Bear, Nakd, Trek et Kiddylicious) dans de plus en plus de pays. Alors que la crise sanitaire avait pesé sur le CA de ce pôle au 1er trimestre, mai et juin ont été des mois records. Pour soutenir le CA de Natural Foods en dehors du Royaume-Uni (où un siège a été établi également), l'entreprise a ouvert un siège central international en Suisse. Le troisième moteur, celui des spécialités locales, ne contribue pas autant à la croissance. Le groupe mise sur le Lotus Biscoff et sur Natural Foods pour continuer à réaliser une croissance à deux chiffres; il va pour ce faire investir massivement dans son expansion.Le cash-flow d'exploitation récurrent (Rebitda) a progressé de plus de 15%, à 77,3 millions d'euros. La marge de Rebitda s'établit dès lors à 21,1%, contre 20,8% entre janvier et juillet 2020. Le bénéfice opérationnel récurrent (Rebit) a grimpé de 17,1%, à 64,5 millions d'euros. Le bénéfice net récurrent s'est accru de 18%, à 48,8 millions d'euros, ce qui porte de 127,6 à 137,1 euros le bénéfice par action (+7,4%). Quant à la dette financière nette, elle n'est plus que de 129,6 millions d'euros (0,9 fois le Rebitda). Un quatrième investissement a été effectué dans le fonds d'incubation Fast Forward 2032 (le biscuitier fêtera son centenaire cette année-là) au 1er semestre: aux marques britannique Peter's Yard (crackers) et américaines LOVE Corn (snacks à base de maïs) et Partake Foods (biscuits sans gluten et sans allergènes) est venue s'ajouter la néerlandaise Oot (granolas frais, bio et sans gluten). Les excellents semestriels expliquent les nouveaux records du cours. Le titre, qui tourne actuellement autour de 5.500 euros, s'échangeait à moins de 50 euros il y a 20 ans. Le rendement (évolution du cours + dividende) d'un investissement à 20 ans dans Lotus Bakeries dépasse donc désormais 14.000%. La volonté de la direction de continuer à aligner une croissance à deux chiffres porte la valorisation à 31 fois le rapport valeur de l'entreprise (EV)/cash-flow opérationnel (Ebitda) escompté pour 2021, ce qui n'est pas rien. Un titre à conserver sur la durée. Conseil: conserver/attendreRisque: faibleRating: 2ACours: 5.490 eurosTicker: LOTB BBCode ISIN: BE0003604155 Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 3,47 milliards EURC/B 2020: 48C/B attendu 2021: 42Perf. cours sur 12 mois: +75%Perf. cours depuis le 01/01: +49%Rendement du dividende: 0,6%